Steidtmann Erich

Publié le par Mémoires de Guerre

Erich Steidtmann (Novembre 15, 1914 - Juillet 25, 2010) était un officier SS nazis qui auraient été impliqués dans la liquidation de l'Insurrection du Ghetto de Varsovie, qui s'est produite du 19 avril au 16 mai 1943, se terminant par l'écrasement de la résistance par les troupes allemandes sous le commandement direct de Jürgen Stroop. Des efforts ont été entrepris par des procureurs allemands au cours des mois avant sa mort, de poursuivre Steidtmann pour son implication dans des crimes de guerre.

Steidtmann ErichSteidtmann Erich

Steidtmann est né le 15 Novembre 1914, à  Weissenfels et rejoint la SS le 1er Juin 1933. En 1942, en tant que commandant du troisième bataillon de la police Régiment 22, Steidtmann surveille les trains utilisés pour la déportation des Juifs polonais du ghetto de Varsovie vers le camp d'extermination de Treblinka. Son unité qui en fonction dans le ghetto en 1943, et participe activement à la liquidation du ghetto sous le commandemant du général SS Jürgen Stroop; Suite à cette opération 55.000 personnes ont été tuées ou envoyés dans les camps de la mort. Bien Steidtmann est nié avoir été impliqué dans les événements du ghetto de Varsovie, des témoins l'on formellement identifier.

Il a ensuite été affecté au bataillon de police 101, qui a participé en Novembre 1943 au "Festival de la moisson" évènement durant lequel les juifs des camps de la région de Lublin ont été systématiquement abattus. Steidtmann à également affirmé ne pas avoir été dans la région pendant les massacres, en affirmant qu'il était en congé, mais des lettres qu'il avait écrites à l'époque fournirent la preuve qu'il était présent. Steidtmann a été capturé par les forces britanniques après la guerre, mais n'a pas été jugé. Il devient officier de police dans la ville d'Essen et plus tard est instructeur de conduite dans la région de Hanovre.  Interrogé à plusieurs reprise sur les faits qui lui sont reprochés, au cours des années 1960, il n'a jamais été inculpé d'aucun crime.

En 2007, une autobiographie écrite par une femme allemande, déclare qu'elle avait eu une liaison avec Steidtmann pendant la guerre, Steidtmann dépose une plainte pour diffamation contre l'auteur, Lisl Urbain, en faisant valoir que son "honneur a été sali". Lors du montage son mémoire en défense, l'éditeurs Joachim Jahns contacte le Centre Simon Wiesenthal en Allemagne, et l'informe avoir trouvé des preuves que Steidtmann avait auparavant reconnu avoir été impliqué dans la répression du ghetto de Varsovie.  En avril 2007, la Süddeutsche Zeitung publie une lettre qui démontre que Steidtmann était bien présent à Lublin pendant les massacres. Des procureurs allemands ouvrent, par la suite, des enquêtes pour confirmer sa présence à Lublin pendant la période en question.

Steidtmann décéde d'une crise cardiaque à l'âge de 95 ans, le 25 Juillet 2010. Le Dr. Efraim Zuroff du Centre Simon Wiesenthal a exprimé sa frustration face à la mort de Steidtmann et les difficultés d'ordre général à mettre les présumés les criminels nazis en justice plus de six décennies après la fin de la Seconde Guerre mondiale, et déclare : «Je dis parfois que je suis le seul Juif dans le monde qui prie pour la santé des criminels de guerre nazis".  Zuroff à déclaré également que le Centre ne se serait jamais impliqués dans l'enquête si Steidtmann n'avait pas attiré l'attention sur son cas par le dépôt de la plainte pour diffamation et que «si les procureurs avaient fait correctement leur travail dans les années soixante, il n'aurait pas échappé à la justice".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article