Stumpfegger Ludwig

Publié le par Mémoires de Guerre

L'Obersturmbannführer Ludwig Stumpfegger (11 juillet 1910 -  2 mai 1945) est un médecin SS. Il fut, à partir de 1944, le chirurgien personnel d'Adolf Hitler

Stumpfegger Ludwig
Stumpfegger Ludwig

Stumpfegger est né à Munich en Bavière. Il travaille d'abord comme assistant du professeur Karl Gebhardt au sanatorium Hohenlychen, spécialisé en médecine du sport. En conséquence, il est membre de l'équipe médicale des Jeux olympiques d'été de 1936 à Berlin et des Jeux olympiques d'hiver de la même année à Garmisch-Partenkirchen. En 1939 le Hohenlychen passe sous le contrôle du Schutzstaffel (SS) pour l'effort de guerre. Travaillant sous l'autorité des médecins Gebhardt, Fischer et Oberheuser, il participe à des expériences médicales sur des prisonnières du camp de concentration de Ravensbrück. Ces expériences incluent la transplantation d'os et de muscle.

En 1945, pendant la bataille de Berlin, il travaille pour Hitler au Führerbunker sous la direction du docteur Theodor Morell. Sur l'ordre du Führer il administre une capsule de cyanure à Blondi, le berger allemand que Martin Bormann avait offert à Hitler des années auparavant. Hitler voulait vérifier l'efficacité du produit et combien de temps il faudrait aux généraux allemands pour se suicider en avalant leurs capsules en cas de capture. Selon certaines sources, cet essai visait également à vérifier si les capsules n'avaient pas été volontairement modifiées. En effet, leur fabrication était assurée par un laboratoire sous le contrôle d'Himmler, ainsi que leur transport jusqu'au Führer, et Hitler considérait ce dernier comme un traitre depuis les pourparlers engagés avec les Britanniques. 

Certains témoins affirment que Stumpfegger aurait aidé Magda Goebbels à tuer ses enfants avant qu'elle se suicide avec son mari, Joseph Goebbels. Le 1er mai, il tente de s'échapper du bunker avec Martin Bormann et Artur Axmann. Axmann se sépare d'eux peu après, fuyant une patrouille de l'Armée rouge ; il aurait vu les fronts de ses compagnons de loin. Pourtant, selon certains témoignages, Stumpfegger aurait rejoint la Lehrter Bahnhof et s'y serait suicidé avec Bormann, tous deux absorbant le contenu de leurs capsules de cyanure. 

Publié dans Médecins SS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article