Sudreau Pierre

Publié le par Mémoires de Guerre

Pierre Sudreau, né le 13 mai 1919 à Paris, est un homme politique français. Il aurait inspiré à Saint-Exupéry le personnage du Petit Prince.

Sudreau Pierre
Sudreau Pierre

Pierre Sudreau nait dans une famille d'industriels de la Région parisienne. Son père meurt lorsqu'il a quatre ans. Sa mère reprend la société familiale et place son fils en pension au lycée Hoche de Versailles. Pour échapper à la "longue désespérance" de son enfance, comme il le raconte dans ses souvenirs, il lit beaucoup. A douze ans, il écrit à Saint-Exupéry pour lui faire part de l'émotion ressentie à la lecture de Vol de nuit. Ce dernier lui répond, l'invite à discuter ; se forme alors une amitié qui marquera profondément Pierre Sudreau. Saint-Ex se serait inspiré de Pierre pour son personnage du Petit Prince. Après le bac, il fréquente l'École libre des sciences politiques. Il est licencié en droit et en lettres. Résistant, il est responsable du réseau de renseignements Brutus en zone occupée, et est déporté à Buchenwald. Rapatrié en mai 1945, Pierre Sudreau est nommé sous-préfet puis sous-directeur au ministère de l'Intérieur. De 1951 à 1955, il est préfet de Loir-et-Cher. Il y crée, au château de Chambord, le premier spectacle son et lumière du monde.

De 1955 à 1958, il est commissaire à la Construction et à l'Urbanisme de la région parisienne. Il est ministre de la Construction du général de Gaulle puis de Michel Debré à partir de 1958. Ministre de l'Éducation nationale du 15 avril au 15 octobre 1962, dans le gouvernement de Georges Pompidou, Pierre Sudreau s'oppose au projet de référendum sur l'élection du président de la République au suffrage universel et démissionne. Comme président pendant trente ans de la Fédération des industries ferroviaires, il est à l'origine du lancement du TGV. En 1965, Pierre Sudreau est un moment sollicité pour être candidat à la présidence de la République, soutenu par les formations du centre. Il décline cette invitation. Quatre ans plus tard, il participe activement à la campagne présidentielle d'Alain Poher, président du Sénat.

Dès 1967, il est élu député centriste Progrès et démocratie moderne (PDM) puis réformateur du Loir-et-Cher et siège à l’Assemblée nationale jusqu’en 1981. Il est également maire de Blois de 1971 à 1989, Jack Lang lui succédant après l'avoir battu aux élections municipales. Il fut l'auteur d'un rapport sur "la Réforme de l'entreprise". Ce rapport, qui lui avait été demandé par Valéry Giscard d'Estaing, préconisait notamment d'accorder aux représentants des salariés un tiers des postes dans les conseils d'administration des entreprises, mesure qui provoqua l'hostilité du patronat, de certains syndicats, de parlementaires gaullistes mais aussi de gauche et ne fut jamais mis en œuvre. Il est président de l'Association nationale des anciens combattants de la Résistance (ANACR), et président de la Fondation de la Résistance. Il est Grand-Croix de la Légion d'honneur (décret du 21 octobre 1992).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article