Traité de Bucarest 1918

Publié le par Mémoires de Guerre

Le Traité de Bucarest désigne un traité de paix conclu pendant la Première Guerre mondiale entre la Roumanie et les Empires centraux le 7 mai 1918 après l'armistice du 9 décembre 1917. L'abrogation du traité de Bucarest a été l'une des conditions de l'armistice entre les Empires centraux et la Triple Entente du 11 novembre 1918. La Roumanie au traité de Bucarest (mai 1918): le liséré rouge montre la limite de la zone occupée (à l'ouest).

Traité de Bucarest 1918

Dans la Première Guerre mondiale, la Roumanie a été l'alliée de la Triple Entente. Mais la révolution russe de 1917 et le retrait des troupes russes laisse la Roumanie, déjà occupée aux deux-tiers après les défaites de l'été 1916 et retenant à peine les Empires centraux sur le front du Siret, seule face à l'ennemi austro-allemand. La petite troupe française du général Henri Berthelot, composée surtout d'officiers du génie et du renseignement, ne saurait être d'un quelconque secours, à l'heure où les mutineries de la Marne secouent l'armée française. De plus, les troupes russes en débandade, ne recevant plus de ravitaillement, se mettent à piller la Roumanie et à tuer les militaires et les civils roumains. Par ailleurs, le 9 avril 1918, le vote du Sfatul Țării (le parlement moldave élu en 1917 à Chișinău, qui avait proclamé l'indépendance de la première république de Moldavie vis-à-vis de l'Empire russe) venait de sceller l'union de la Bessarabie à la Roumanie, qui se trouvait dès lors agrandie de plus de 42.000 km2.

Dans ces conditions, le gouvernement roumain demande alors l'armistice et accepte de céder aux Empires centraux et à leur allié Bulgare environ 18.000 km2 du territoire de 1914, à savoir une frange de territoire tout le long de la frontière austro-hongroise avec les cols des Carpates, et la Dobrogée au sud d'une ligne Rasova-Agigea, au sud de la voie ferrée reliant Bucarest à Constanța. Les Bulgares pourront en outre occuper et exploiter la totalité de la Dobrogée jusqu'à la fin de la guerre. L'armée roumaine s'engageait à déposer les armes, mais l'armée française Berthelot pouvait rester en Roumanie, à condition de ne pas en sortir. La zone déjà occupée (en gros, la Valachie) devait le rester jusqu'à la fin de la guerre, par contre les Empires centraux n'occuperont pas le reste de la Roumanie.

Le détail des indemnités dues par la Roumanie restait à régler. C'est sur ces bases que le traité est signé le 7 mai 1918 au palais royal de Bucarest, occupé par le général Falkenhayn qui y reçoit le roi roumain Ferdinand en invité de marque vaincu. Le traité ne resta valide que six mois. Le général Berthelot avait conseillé au roi d'accepter, se doutant que sur le plan économique et stratégique, l'entrée en guerre des États-Unis compenserait largement le retrait des russes. Le 31 octobre 1918, la Roumanie dénonce le traité et reprend les hostilités contre les Austro-Allemands.

Publié dans Evènements

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article