Warusfel Alphonse Louis

Publié le par Roger Cousin

Warusfel Alphonse Louis, né le 9 juin 1880 à Estreux (Nord). Sénateur de l'Oise de 1939 à 1940. 

Warusfel Alphonse Louis

Successivement journaliste puis avocat à Senlis, Warusfel se lança dans la politique assez tardivement. Il fut élu en 1931 conseiller général de l'Oise et parvint quelques années plus tard à la vice-présidence de l'assemblée départementale. Cet ancien bâtonnier des avocats de l'Oise fut le dernier sénateur élu de la IIIe République puisqu'il conquit son siège lors d'une élection partielle qui se déroula le 9 juillet 1939, à la suite du décès, le 14 avril précédent, du sénateur Georges Decroze. Warusfel fut élu dès le premier tour avec 609 voix sur 1.141 votants, battant Auband 358 et Jean-Marie Berthelot 155 voix.

Au Sénat, il appartint à la commission de l'administration générale, départementale et communale et à la commission de législation civile et criminelle qu'il fit bénéficier de sa grande culture juridique. C'est au nom de cette commission de législation qu'il déposa un rapport, en 1940, sur le projet de loi tendant à abroger dans les territoires d'outre-mer les décrets-lois ayant institué des réductions de 10 % sur les prix des baux et locations et les intérêts de certaines créances hypothécaires et privilégiées. Le 10 juillet 1940, il vota pour l'article unique du projet de loi constitutionnelle accordant les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Ce fut son dernier acte politique.

Il était chevalier de la Légion d'honneur depuis 1933. Le 10 juillet 1940, Alphonse Warusfel, dernier sénateur élu de la IIIème République, vote en faveur du projet de loi constitutionnelle attribuant les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, mais il ne tarde pas à s'opposer au régime de Vichy. Pour avoir défendu des communistes devant la section spéciale, il est dénoncé, arrêté en juin 1944 et déporté le 15 juillet à Neuengamme puis à Theresienstadt. A la Libération, il se retire de la vie politique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article