Bulgarian Rhapsody, une histoire d’amour pendant la Shoah

Publié le par The Times of Israël

Bulgarian Rhapsody, une histoire d’amour pendant la Shoah

Le film bulgaro-israélien sur un triangle amoureux fait la lumière sur les relations entre Gentils et Juifs dans ce pays allié des nazis.

Moni Moshonov

Moni Moshonov

Lorsque « Bulgarian Rhapsody », le troisième film d’une trilogie historique sur les Juifs bulgares, a été refusé aux Oscars de cette année, le réalisateur Ivan Nitchev était presque joyeux. 

Nitchev, qui se trouvait récemment en Israël pour parler du film, a affirmé que pour lui, le succès se mesure autrement. 

« La plus grande compétition dans l’art est le temps », déclare Nitchev. « Ce qui va durer et ce qui va disparaître. »

Le film est la première coproduction entre Israël et la Bulgarie, mettant en vedette les acteurs israéliens Moni Moshonov et Alex Ansky. Le producteur, Nissim Levi, est également israélien. Ce que Nitchev espère vraiment, c’est que les Israéliens iront voir le film.

« C’est le public qui détermine vraiment le succès d’un film », dit-il. « Nous avons laissé une partie de nos âmes dans le film et j’espère qu’il intéressera les jeunes. »

Le film est le troisième volet d’une trilogie, après « After the End of the World » (1999) et « A Journey to Jerusalem » (2003).

Le premier film a également été considéré comme un candidat possible aux Oscars.

« Bulgarian Rhapsody » raconte l’histoire d’un triangle amoureux entre trois adolescents – deux Juifs et un non-Juif – vivant en Bulgarie pendant la Seconde Guerre mondiale. Moshonov et Ansky jouent les pères de deux des adolescents.

 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article