L'Ouzbékistan emprisonne trois femmes pour espionnage

Publié le par 7 sur 7 par Maxime de Valensart

L'Ouzbékistan emprisonne trois femmes pour espionnage

Un tribunal ouzbek a condamné trois femmes à de longues peines de prison pour espionnage pour le compte du Tadjikistan voisin, avec lequel Tachkent entretient des relations tendues depuis longtemps, ont affirmé lundi des médias locaux.

Manifestation de l'opposition islamique à Bruxelles contre la visite du Président Islom Karimov en 2011

Manifestation de l'opposition islamique à Bruxelles contre la visite du Président Islom Karimov en 2011

Les accusés -deux citoyennes ouzbèkes et une citoyenne tadjike vivant en Ouzbékistan- ont été condamnées par un tribunal de la province de Surkhandaria (sud) à 14 et 15 ans de prison pour trahison et espionnage, a rapporté le site internet 12news.uz.

"Selon les témoignages au procès, les accusés ont collaboré avec les services secrets du Tadjikistan en échange d'une récompense financière et ont donné des informations sur les unités et bases militaires des institutions ouzbèkes de sécurité", a indiqué le site.

L'Ouzbékistan et le Tadjikistan, deux anciennes républiques soviétiques, sont en porte-à-faux depuis l'éclatement de l'Union soviétique en 1991 sur plusieurs questions, dont les ressources en eau et énergie, s'ajoutant à des tensions culturelles persistantes.

Des dizaines de personnes ont été emprisonnées en Ouzbékistan et au Tadjikistan pour espionnage au cours des périodes de tension.

"Traîtres à la mère patrie"

La télévision publique ouzbèke a qualifié les femmes de "Traîtres à la mère patrie", dans un documentaire sur le procès où les accusées affirment qu'elles ont été forcées à l'espionnage par les services secrets tadjiks.

Mais ces affirmations sont repoussées par le documentaire, qui affirme et condamne le fait que les femmes ont reçu de l'argent pour leur travail.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article