Décision du gouvernement fédéral - La citoyenneté de Helmut Oberlander révoquée

Publié le par TVA Nouvelles

Décision du gouvernement fédéral - La citoyenneté de Helmut Oberlander révoquée

Le gouvernement fédéral a révoqué par décret la citoyenneté de Helmut Oberlander, 88 ans, soupçonné d'avoir fait partie d'un groupe d'extermination nazi durant la Seconde Guerre mondiale.

Décision du gouvernement fédéral - La citoyenneté de Helmut Oberlander révoquée

La décision a été prise le 27 septembre dernier après une longue saga judiciaire qui a débuté en 2000, alors que la Cour fédérale avait conclu qu'il était entré au Canada et qu'il avait obtenu sa citoyenneté en dissimulant intentionnellement des informations concernant son passé.

M. Oberlander avait caché qu'il avait été membre durant la Deuxième Guerre mondiale d'une unité mobile d'extermination nazie, un Einsatzkommando, qui a sévi en Europe de l'Est lors de l'occupation et qui aurait exterminé des milliers de civils ukrainiens.

Le gouvernement avait révoqué une première fois la citoyenneté de M. Oberlander le 17 mai 2007 mais la Cour d'appel fédérale, à majorité, lui avait accordé en 2009 le droit d'en appeler, en partie. La Cour d'appel fédérale avait aussi invité Citoyenneté et Immigration à déterminer si M. Oberlander avait été contraint ou non de joindre l'unité d'extermination.

À la conclusion de ce long processus, le gouvernement a décidé de maintenir sa décision et de révoquer la citoyenneté de M. Oberlander.

Citoyenneté et immigration refuse toutefois de dire s'il est toujours au pays.

«Conformément à la Loi sur la vie privée, nous ne pouvons confirmer si M. Oberlander est toujours ici au Canada», a indiqué la porte-parole du ministère, Nancy Caron.

Dans un rapport publié en avril dernier, le Centre Simon Wiesenthal avait classé le résident de Waterloo, en Ontario, parmi les «dix criminels de guerre nazis les plus recherchés».

«Depuis 1987 et la mise en place du Programme canadien sur les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre, le gouvernement du Canada prend très au sérieux sa responsabilité de veiller à ce que ce pays ne devienne pas un refuge pour les personnes impliquées dans des crimes de guerre, crimes contre l'humanité ou de génocide», a indiqué Mme Caron.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article