Michèle Morgan : que la vie est belle !

Publié le par Le Point Jean-Noël Mirande

Vidéos. Jean Gabin avait vu juste : "avec ces yeux-là", Michèle Morgan est l'une des dernières stars de l'âge d'or du cinéma français. Confidences.

Michèle Morgan en 2011

Michèle Morgan en 2011

On a beaucoup parlé de ses yeux, les plus beaux du cinéma français, mais sa voix, lorsqu'elle décroche le téléphone et dit "allô", ce timbre reconnaissable entre tous, on l'a toujours dans l'oreille, même si c'est maintenant celui d'une vieille dame. 

Michèle Morgan est surprise des marques d'affection qu'elle reçoit toujours d'un public qui ne l'a pas oubliée. C'est l'une de ses petites-filles qui ouvre son courrier encore abondant. Michèle va avoir 93 ans : "Je suis née une année bissextile, un 29 février, et mon anniversaire a lieu tous les quatre ans. Cela me donne au moins l'impression de ne pas vieillir", dit-elle dans un éclat de rire. "Vous savez, mon anniversaire, Je m'en fous complètement, ce qui compte pour moi, c'est d'être entourée par ma famille et mes petits-enfants."

Et ils sont là, bien présents. Elle a traversé quelques épreuves ces dernières années : "La mort de mon fils Mike en 2005 a été terrible, mais il m'a donné six petits-enfants qui ont eu chacun de nombreux enfants. Ils font ma joie de tous les jours." En 2006, ce fut le décès de son compagnon Gérard Oury.

Michèle est restée très proche de sa belle-fille, Danièle Thompson. Elle est allée récemment à l'avant-première de son dernier film, Des gens qui s'embrassent (1). Entourée, elle l'est aussi par sa soeur et son frère : "Vous savez, on a toujours été très unis dans la famille Roussel (2)." Michèle Morgan est entrée très jeune dans la légende. Pour faire plaisir à un garçon qui voulait tomber amoureux d'une Michèle, elle adopta ce prénom. C'est à la banque Morgan, place de la Concorde, qu'elle emprunta son nom... Avant de raccrocher, elle revient sur son premier prénom, Simone, et sur son patronyme, Roussel. Lorsqu'elle est allée à Hollywood, les Américains lui avaient dit : "Vous aviez un nom absolument ravissant. Pourquoi l'avoir changé ? Morgan, pour nous, c'est comme Smith en Angleterre ou Dupont chez vous..."

Les orgueilleux (1953)

Dans la conversation, elle répète plusieurs fois que la vie est belle, comme pour s'en persuader, mais surtout pour reconnaître que l'existence l'a gâtée. Michèle Morgan ne parle pas d'hier, et si l'on s'y attarde, elle revient toujours à aujourd'hui : "J'ai eu beaucoup de chance et à mon âge, l'avenir, c'est le présent. Quant au passé, ça me saoule, ça ne m'intéresse pas et ça m'emm... carrément !" Voilà qui est dit, il sera inutile d'insister sur ses souvenirs. Elle est cependant émue lorsque l'on cite les noms de ses partenaires, Gabin bien sûr, mais aussi Raimu, Jean Marais, Gérard Philipe ou Bourvil.

La symphonie pastorale (1946)

" Qu'on ne m'oublie pas, c'est très bien, ça me fait plaisir, mais vous croyez que les gens regardent encore ces films là ?" Elle concède tout de même que Quai des brumes et La symphonie pastorale, ce n'est pas rien.

Sait-elle que tous ses films, même mineurs, circulent en DVD ? On lui apprend que Gaumont vient de sortir Pourquoi viens-tu si tard ? de Henri Decoin avec son partenaire et second mari Henri Vidal. Elle s'en étonne : "Ah oui, c'est un film plus récent, ça. Quelle année ? 1959 ? Évidemment, ce n'est pas si récent que ça." Michèle Morgan part alors dans un fou rire dont elle a le secret, le même que dans Le chat et la souris de Claude Lelouch où, au restaurant, elle trouvait un clou dans un plat face à un Serge Reggiani médusé. "Cette scène de rire était prévue, mais pas le fou rire dans lequel je suis partie en voyant la tête que faisait Serge ! C'est si bon de rire."

Les orgueilleux et La symphonie pastoraleLes orgueilleux et La symphonie pastorale

Les orgueilleux et La symphonie pastorale

Michèle Morgan est une femme drôle. "Les gens s'imaginent que je fais toujours la même tête que dans Quai des brumes, mais pas du tout, j'aime m'amuser dans la vie." Elle cultive cela depuis son enfance à Neuilly : "J'avais la famille la plus drôle du monde." Le grand âge venu, elle revendique toujours cette qualité. Si elle n'évoque pas le passé, elle reste attachée à la ville qui l'a vue naître : "Neuilly, c'est ma ville, je suis née au 5, rue de l'Église, j'ai vécu au 9, et j'y suis retournée. Ma vieillesse se passe ici." La reconnaît-on dans la rue ? "Mais je ne vais plus dans la rue. Pourquoi faire ?" répond-elle. 

Elle regarde à longueur de journée la télévision : "Je suis heureuse d'être vieille, je suis au chaud, allongée sur mon lit devant ma télé. Je regarde tout, les feuilletons, les nouvelles, et toutes les conneries (rires)." Il ne faut surtout pas la déranger pendant Plus belle la vie qu'elle suit assidûment. Dans son appartement, la rumeur du monde lui parvient et elle ne s'étonne de rien : Il y a des hauts et des bas. La politique, c'est toujours la même chose."

La conversation à bâtons rompus pourrait continuer, Michèle Morgan aime bavarder. "C'est gentil de m'avoir appelée, rappelez-moi, mais pas trop souvent."

(1) En salle en avril
(2) Le vrai nom de Michèle Morgan

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article