Allemagne : un opéra de Wagner version nazie suscite l'indignation

Publié le par Atlantico

Des spectateurs de l'opéra de Düssedorf venus voir "Tannhäuser", une œuvre de Richard Wagner, ont hué la mise en scène et certaines personnes sont ressorties malades de la première représentation.

 

Les spectateurs de l'Opéra de Düsseldorf choqués par la mise en scène

Les spectateurs de l'Opéra de Düsseldorf choqués par la mise en scène

S'il voulait choquer, il y est parvenu. Burkhard Kosminski a eu l'idée bien particulière de mettre en scène "Tannhäuser", un opéra romantique de Richard Wagner (1813-1883), dont on fêtait le bicentenaire de sa naissance, dans une version… nazie. Dès la première représentation à l'Opéra de Düsseldorf, à l'Ouest de l'Allemagne, les spectateurs ont été indignés par les scènes qu'ils ont vues. Certaines "très réalistes montrant des exécutions, ont provoqué chez de nombreux spectateurs une réaction visiblement trop importante sur le plan tant physique que psychique, qui les a conduits à consulter un médecin", d'après la direction, consciente que cette mise en scène allait "faire débat".

Au bout d'une demi-heure, des spectateurs ont commencé à huer la représentation ne supportant pas le spectacle. Pour rappel, l'action de "Tannhäuser" qui se déroule au Moyen-Âge a été transposée dans les années 1940. Les personnages sont donc devenus des bourreaux nazis et leurs victimes. L’une des scènes incriminées montre une famille se faire déshabiller, raser puis abattre par des sbires nazis, ont rapporté les médias allemands, tandis qu’une autre fait une allusion très imagée aux chambres à gaz, des figurants nus dans des cubes en verre sont lentement happés par un brouillard artificiel.

Le chef de la communauté juive de Düsseldorf, a rappelé que, certes, "Wagner était un antisémite ardent mais il n'avait rien à voir avec l'Holocauste". Il a jugé l'adaptation de Burkhard Kosminski "de mauvais goût". Cette dernière a été retirée de l'affiche.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article