Le Nazi le plus recherché, Aloïs Brunner, serait vivant en Syrie

Publié le par JSS News

Le Nazi le plus recherché, Aloïs Brunner, serait vivant en Syrie

Le criminel de guerre nazi Alois Brunner, ancien proche collaborateur d’Adolf Eichmann, pourrait-être encore en vie en Syrie selon le Centre Simon Wiesenthal, qui a lancé une campagne d’affichage en Allemagne pour le traquer.

Le Nazi le plus recherché, Aloïs Brunner, serait vivant en Syrie

Brunner est le numéro un des 10 nazis les plus recherchés depuis 60 ans. Le Centre Wiesenthal a admis qu’il y a seulement une chance « mince » que Brunner soit toujours en vie, mais a ajouté qu’il est soupçonné d’être vivant à Damas, peut-être dans un hôtel.

Il était commandant en second d’Eichmann, la seule personne qu’Israël ait jamais exécuté.

Brunner a fui vers l’Egypte après la Seconde Guerre mondiale et plus tard expulsé Damas après avoir été soupçonné par le Caire de se livrer à un trafic de drogue. Il a été libéré par la police égyptienne quand il a expliqué avoir été à l’origine de la mort de 140.000 juifs !

Le Jewish Virtual Library suggère que la Central Intelligence Agency (CIA) a, une fois, utilisé Brunner pour obtenir des informations, avant qu’il ne parte en Syrie.

Les autorités françaises l’ont condamné à mort par contumace en 1954.

Le régime de Hafez el-Assad, père du président syrien Bassar al-Assad, l’a accueilli en échange d’échanges d’informations scientifiques: la sécurité à Damas contre les papiers montrant un système balistique allemand.

Non seulement il n’a pas exprimé de regrets pour ses atrocités nazies, mais il s’en est vanté. Dans un entretien téléphonique avec le magazine autrichien Bunte, il a expliqué que « tous méritaient de mourir car ils sont les agents du diable, des déchets humains. » Au Chicago Sun-Times il a déclaré: « je n’ai aucun regret et je le referais. »

Israël a essayé de le tuer avec des lettres piégées, mais seuls ses doigts ont brûlés.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article