Le suicide mystérieux de l'épouse de Staline

Publié le par La Voix de la Russie Grigori Milenine

Epouse du Petit père des peuples Joseph Staline, Nadejda Allilouïeva a eu le destin le plus tragique de toutes les épouses des chefs soviétiques. Montagnard rigoureux, son mari ne lui manifestait ni tendresse ni affection. Si bien que l’amour et le bonheur familial n’ont guère illuminé la vie de Nadejda Allilouïeva

 

Le suicide mystérieux de l'épouse de Staline

A l’époque soviétique, négliger la vie de famille était la norme, l’épouse d’un communiste était tout d’abord sa camarade de lutte, le reste étant considéré comme méprisable ou bourgeois. Néanmoins, Staline s'autorisait parfois des moments de tendresse envers Nadejda. A l'époque où elle suivait un traitement médical en Europe, elle recevait de son mari de telles lettres :

« Tatka, Ecris-moi. Ecris-moi comment s’est passé ton voyage, ce que tu as vu, si tu as déjà consulté les médecins et ce qu’ils disent de ta santé, etc. – écris-moi ! Chez nous ça va bien. Je m’ennuie ici, Tatotchka. Je suis tout seul chez moi, je ne sors pas. Je ne suis pas encore allé à la campagne, parce que j’avais des choses à faire. Maintenant, j’ai fini mon travail. Je pense partir à la campagne dès demain ou après-demain pour voir les petits. Bon, au revoir. Ne reste pas longtemps absente, reviens vite. Je t’embrasse, ton Joseph. »

Par ailleurs, ces moments étaient plutôt rares. Vivre avec un homme qui était à la tête d’un pays immense et qui ployait sous le fardeau une telle responsabilité était une épreuve difficile pour Nadejda Allilouïeva. Malheureusement, elle n’a pas réussi à surmonter cette épreuve, racontait plus tard sa fille Svetlana.

« Au fil du temps, elle a dû se forger une autodiscipline intérieure sévère lui permettant de se retenir constamment, de garder en elle le mécontentement et l’irritation. Ces sentiments écrasés ont formé une sorte de ressort qui devait sauter un jour, exploser avec une force incommensurable. C’est exactement ce qui s’est passé. »

Nadejda Allilouïeva s’est suicidée dans la nuit du huit au neuf novembre 1932. Elle s’est tiré une balle en plein cœur avec un pistolet à la suite d'une querelle insignifiante avec Staline. Plus tard, les historiens ont tenté d’établir les causes de cet acte. Les uns ont prétendu que de cette façon la femme se vengeait de Staline, mari inattentif et brutal. Les autres ont affirmé qu’Allilouïeva souffrait de violents maux de tête et que sa maladie incurable était à l’origine de son suicide. Quoi qu’il en soit, sa mort a porté un coup terrible à Staline dont le cœur est devenu de granit.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article