Poutine-Obama : le Kremlin dément la rupture du dialogue

Publié le par La Voix de la Russie

Poutine-Obama : le Kremlin dément la rupture du dialogue

Moscou, 26 avril - RIA Novosti/La Voix de la Russie L'information, selon laquelle le dialogue entre les présidents russe et américain, Vladimir Poutine et Barack Obama, serait rompu à cause de l'Ukraine, est fausse, a déclaré samedi sur les ondes de la radio Echo de Moscou Dmitri Peskov, porte-parole du chef de l'Etat russe.

Barack Obama et Vladimir Poutine

Barack Obama et Vladimir Poutine

« Le dialogue se poursuit plutôt régulièrement, le dernier entretien datant de la semaine passée. Il y a à l'heure actuelle beaucoup de divergences, ce qui rend souvent dures les conversations. Quoi qu'il en soit, le dialogue se poursuit toujours », a indiqué le représentant du Kremlin.

Lors d'une conversation téléphonique du 14 avril dernier, le président Poutine a appelé son homologue américain à utiliser au maximum les possibilités dont les Etats-Unis disposaient pour prévenir l'effusion de sang en Ukraine. Selon certains médias, après cette conversation, ni Moscou ni Washington n'ont cherché de contact direct.

Un changement de pouvoir ayant des caractéristiques d'un coup d'Etat s'est produit à Kiev le 22 février 2014. La Rada suprême (parlement) a destitué le président Viktor Ianoukovitch, réformé la Constitution et fixé l'élection présidentielle au 25 mai. Moscou a contesté la légitimité des décisions de la Rada, alors que l'Occident a soutenu les nouveaux dirigeants ukrainiens.

Les grandes villes de l'Est et du Sud de l'Ukraine, dont Donetsk, Kharkov et Lougansk, connaissent depuis mars une mobilisation sans précédent des partisans de la fédéralisation du pays qui réclament des référendums sur le statut politique de leurs régions. Le mouvement de protestation contre la politique des nouvelles autorités de Kiev s'est étendu à différentes villes de la région de Donetsk, dont Slaviansk. Les autorités ukrainiennes ont lancé une opération militaire contre les manifestants.

La confrontation a pris des formes particulièrement violentes à Slaviansk, actuellement contrôlée par les partisans de la fédéralisation.

Moscou a qualifié de « très dangereuse » la décision d'utiliser la force armée contre les protestataires. Le président Poutine a déclaré jeudi que la décision du régime actuel à Kiev d'utiliser réellement l'armée à Slaviansk, était un crime très grave contre le peuple ukrainien.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article