Européennes. Des néo-nazis au Parlement

Publié le par Ouest France

La poussée des europhobes aux élections européennes va permettre à des partis néo-nazis de siéger à Strasbourg.

 

Aube Dorée confirme son rang de troisième force politique en GrèceAube Dorée confirme son rang de troisième force politique en Grèce

Aube Dorée confirme son rang de troisième force politique en Grèce

Les partis populistes et europhobes seront largement représentés au Parlement européen, grâce notamment à la percée du Front national, en France, et de l'Ukip, en Grande-Bretagne.

Et pour la première fois, parmi les nouveaux eurodéputés figureront aussi des néo-nazis.

Un siège pour le NPD allemand

En Allemagne, le NPD a décroché un siège, en obtenant quelque 300 000 voix, soit 1 % des suffrages. Le parti néo-nazi profite d'une réforme du système électoral allemand, passé à la proportionnelle intégrale pour les européennes.

Anti-immigration, favorable au retour du deutsch mark, le NPD, dont les responsables ont multiplié les dérapages verbaux, siège déjà dans les Parlements de deux Lander.

Il est jugé « raciste, antisémite et négationniste » par les services allemands du renseignement, rappelait Le Monde, fin décembre, au moment où la Chambre haute du Parlement allemand s'apprêtait à demander une nouvelle interdiction du parti fondé en 1964.  

Deux sièges pour les Grecs d'Aube Dorée

En Grèce, Aube Dorée a obtenu deux sièges, grâce à un score de 9,39 %, en progression par rapport aux législatives de 2012 où le parti avait obtenu 6,9 % des suffrages.

Bien que plusieurs de leurs leaders soit écroués, dans l'attente de leur procès, pour des agressions et le meurtre d'un rappeur, Aube Dorée demeure la troisième force politique du pays.

Les néo-nazis, qui réfutent toutefois cette appellation, siègent déjà au Parlement grec et restent sur une percée aux dernières élections locales.

Aube Dorée est pourtant considérée comme une « organisation criminelle » par les autorités. « Ils ont produit des textes, des déclarations en faveur d'Hitler », nous rappelait le politologue George Tzogopoulos, en janvier.

Élu conseiller municipal d'Athènes, en 2010, son leader Nikos Michaloliakos avait fêté son succès par... un salut nazi.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article