Une nouvelle sortie de Jean-Marie Le Pen consterne jusqu'au FN

Publié le par Le Figaro par Edouard de Mareschal

Une nouvelle sortie de Jean-Marie Le Pen consterne jusqu'au FN

Dans une vidéo, Jean-Marie Le Pen s'en prend à des artistes opposés au FN, dont Patrick Bruel, de confession juive. «On fera une fournée la prochaine fois», dit-il, rieur. «C'est stupide» a réagi Louis Alliot, numéro deux du FN. Jean-Marie Le Pen se défend de tout dérapage antisémite.Plainte de SOS Racisme

 

Le président d'honneur du Front national Jean-Marie Le Pen, le 26 mai 2014 à Nanterre

Le président d'honneur du Front national Jean-Marie Le Pen, le 26 mai 2014 à Nanterre

La stratégie de dédiabolisation du FN a pris une volée de plombs vendredi, après les propos scabreux tenus par Jean-Marie Le Pen. Dans une vidéo qui n'était plus accessible sur le site du FN dimanche, le président d'honneur et membre fondateur du Front national est l'auteur d'un nouveau dérapage, contre le chanteur Patrick Bruel. Dans un premier temps, il s'en prend aux artistes tels que Guy Bedos, Madonna et Yannick Noah qui ont ouvertement critiqué les scores de son parti aux européennes. «Pour avoir de belles roses, il est nécessaire de mettre du purin aux pieds. Alors le vieux Bidoche, la vieille Maldonna ont participé à l'exercice de façon orale» (sic), s'amuse Jean-Marie Le Pen. Son intervieweuse note alors que cette liste de détracteurs est incomplète, puisqu'elle compte également Patrick Bruel. Ce à quoi Jean-Marie Le Pen répond, goguenard: «On fera une fournée la prochaine fois».

Dans un message posté sur Facebook, le chanteur a répondu: «Je ne suis même pas triste pour moi. Les délires et les provocations de cet individu ne m'atteignent plus depuis longtemps . Il ne fait que montrer une fois de plus son vrai visage et celui du FN. Non je suis triste pour la mémoire de plus de six millions de gens.»

De son côté, Jean-Marie Le Pen s'est défendu de tout dérapage antisémite. Pressé de s'expliquer, il a nié avoir tenu des propos antisémites. «A quel moment quelqu'un a utilisé le mot de fournée dans le sens que semblent avoir voulu croire un certain nombre? C'est dingue ça!», s'est emporté le président d'honneur du FN sur France Info. Sur BFMTV, il s'est défendu, en «homme libre», de toute «provocation», mettant au défi quiconque «de trouver dans es 60 ans de vie publique une déclaration antisémite».

Jean-Marie Le Pen n'en est pas à son premier dérapage verbal. Ils lui ont déjà valu plusieurs condamnations en justice, que ce soit pour son jeu de mot «Durafour crématoire» ou sa phrase sur les chambres à gaz nazies, un «détail de l'Histoire».

Cette dernière sortie du membre historique du FN fait tâche, alors que sa fille Marine Le Pen a engagé un processus de dédiabolisation pour ne plus être associé à un parti raciste et antisémite. La direction du parti s'est d'ailleurs désolidarisé de ces propos par la voix de son vice-président Louis Alliot. «S'il a bien utilisé le terme de fournée, c'est une mauvaise phrase de plus. C'est stupide politiquement et consternant», a dit dimanche au Parisien le cadre du parti.

Le député mariniste Gilbert Collard lui a suggéré de «prendre sa retraite». «Inacceptables et intolérables», ces propos font «du mal à ceux qui les entendent» mais aussi au rassemblement bleu marine et au FN, a-t-il déploré. Le vice-président du FN Florian Philippot les juge «d'une brutalité (...) inappropriée» et «excessive» et s'en démarque, tout en qualifiant les accusations d'antisémitisme de «mauvais procès».

«S'il y a des gens de mon camp qui l'interprètent de cette manière, c'est que ce sont des imbéciles!», a répondu Jean-Marie Le Pen.

Ce dimanche, SOS Racisme a annoncé le dépôt d'une «plainte dans les jours qui viennent contre cette immonde et énième sortie». Pour l'association, «la stratégie de défense du parti d'extrême droite qui se résume à balayer d'un revers de manche les passages à l'acte antisémites et racistes du leader historique de ce parti, en qualifiant ce dernier de non légitime et non représentatif du mouvement, ne tient plus». L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a annoncé pour sa part porter plainte pour «injure à caractère racial» contre Marine le Pen, directrice de publication du site du FN.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article