Camp de concentration Plaszow Krakow; sur les traces de la liste de Schindler

Publié le par Ideoz Voyage par Sandrine Monllor

Camp de concentration Plaszow Krakow; sur les traces de la liste de Schindler

Le camp de concentration Plaszow n’est pas le camp nazi le plus connu, mais une visite de Plaszow lors d’un séjour à Cracovie permet, en complément de la découverte d’Auschwitz Birkenau, de prendre la mesure de l’horreur de la Shoah en particulier en Europe où plus des 3,5 quarts de la population juive a été exterminée en quelques années.

Camp de concentration Plaszow Krakow; sur les traces de la liste de Schindler

A Cracovie, la culture yiddish est encore très étrangement présente malgré les horreurs de la Shoah. Visiter l’ancien ghetto de Kazimierz, ses synagogues, semble une étape incontournable de tout passage dans la capitale de Petite Pologne. Vous pouvez également découvrir le camp de concentration Plaszow Krakow, où ont été exterminés tous les Juifs enfermés dans le ghetto de Cracovie et ses environs. C’est également là que fut tourné une partie de La Liste de Schindler!

Camp de concentration Plaszow, un camp nazi méconnu près de Cracovie

Situé à 8km au Sud de Cracovie, ce camp n’est pas facile à trouver car très mal indiqué, mais ces lieux sont très symboliques, car ils permettent de mieux prendre la mesure de ce que fut l’élimination du ghetto de Kazimierz. C’est d’ailleurs en parcourant Plaszow lors d’une visite à Cracovie que Steven Spielberg a souhaité se lancer dans le film La Liste de Schindler. A cette occasion, Spielberg avait découvert ce que furent la vie et les choix  d’Oskar Schindler,  un industriel allemand de Moravie  membre du parti nazi, qui a tout entrepris pour sauver les 1100 ouvriers de son usine en organisant la faillite de son usine Krakow Emalia (que l’on peut aujourd’hui visiter) et en les envoyant en Tchéchoslovaquie à Brněnec dans son usine d’armement. Son acte dont certains ont pu penser qu’il était aussi intéressé (financièrement) lui a valu le titre de Juste de la nation.

Le camp de concentration Plaszow-Krakow, de son nom complet allemand Konzentrationslager Plaszow bei Krakau était situé dans le 13ème arrondissement administratif de Krakow. Plaszow était à l’origine un camp de travail forcé destiné à accueillir la population du ghetto de Cracovie.  Il fut progressivement agrandi pour atteindre sa taille maximale en 1944, quand il fut transformé en camp de concentration et qu’il servit à l’élimination de tous les habitants du ghetto. Les Juifs furent ainsi éliminés ; les plus résistants étant chargés de mettre les morts dans des fosses communes, avant de devoir vivre leur propre mort ce qui en dit long du cynisme des nazis. 9000 morts auraient été retrouvés à en croire le nombre de corps dans les fouilles, mais les historiens estiment que 50 000 personnes seraient décédées dans ce camp.

Le camp de concentration Plaszow Krakow a été libéré en Janvier 1945 par l’Armée rouge. Dans les semaines qui précédèrent la fin du camp, les derniers survivants furent obligés d’entamer une marche de la mort vers le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz, où ils furent gazés.

Vue des barraquements du camp de Plaszow

Vue des barraquements du camp de Plaszow

Amon Göth, l’incarnation du sadisme nazi

L’une des figures les plus sadiques du camp était celle du commandant Amon Göth (Goeth) qui dirigea le camp entre février 1943 et septembre 1944.  Göth et sa famille vivaient dans la villa Balcony. Göth circulait souvent sur son cheval. Comme en témoignent beaucoup de photos d’archives du camp, Goëth avait pour plaisir principal de tirer à la carabine depuis sa maison, située à l’intérieur du camp. Quand l’envie lui en prenait, il visait un travailleur au hasard et le tuait comme un animal. Ses exécutions renforçaient d’autant plus le climat de terreur. Ce dernier sera condamné à mort et pendu (il faudra d’ailleurs s’y reprendre à trois reprises pour qu’il finisse par mourir).

Ceux qui ne souhaiteraient pas se contenter du film La Liste de Schindler pour en savoir plus sur Amon Göth, magistralement incarné par Ralph Fiennes, pourront découvrir le documentaire Mon père, cet assassin (Inheritance) de James Moll. La fille du criminel Monika Hertwig se confie à Helen, l’une des survivantes sauvée par Schindler et se remémore son itinéraire pour mieux en venir à ce que lui inspire Amon Göth. Avec une sensibilité extrême, malgré son caractère posé et en apparence très calme, Monika raconte son père à travers ce qu’elle en a appris grâce à sa grand-mère.

Goth sur son cheval

Goth sur son cheval

Visiter le camp de concentration nazi de Plaszow

Aux abords de Carcocvie, Plaszow est encore aujourd’hui très difficile à trouver car volontairement mal signalé et on ne peut pas dire que les habitants des environs croisés au hasard de nos recherches aient été d’une grande aide, car en dépit d’un mot avec le nom clairement noté, tous affirmaient ne pas le connaître. Il a donc fallu un très long moment pour trouver enfin l’ancien camp de Plaszow.

Monument aux victimes de Plaszow

Monument aux victimes de Plaszow

Comme dans tous les camps de concentration nazis, le camp de Plaszow est dominé par un mémorial aux victimes juives très touchant mais à Plaszow ce qui saisit le plus le visiteur, c’est probablement ce qu’on appelle aussi la Voie Royale. Sous ce noble nom se cache la tragique réalité du camp de Plaszow, puisque ce chemin qui mène à la villa et au camp de travail où travaillaient les Juifs de Cracovie est constitué des pierres tombales dédiées aux victimes. On est saisi d’une boule au ventre lorsqu’on observe au sol les 50 000 pierres qui correspondent à chacun des morts de Plaszow et du ghetto de Cracovie de Kazimierz. Les tombes commencent à disparaître sous l’herbe, car Plaszow reste peu et mal entretenu par les autorités locales. Les rares Juifs qui ne sont pas morts à Plaszow ont souvent péri à Auscwhitz ou en chemin, puisqu’en 1945, les Nazis obligèrent les derniers vivants à se lancer dans une marche de la mort jusqu’au camp d’extermination situé à environ 60 km. Quand la marche de la mort n’eut pas raison de leurs dernières forces, ce sont les chambres à gaz qui les condamnèrent.

Il est possible de faire une visite guidée du camp de Plaszow (dans les 15-20€ par personne ; 3h de visite) avec l’office du tourisme ou avec une agence du quartier de Kazimierz qui permet d’explorer un peu les lieux qui ont marqué Spielberg, lorsqu’il a décidé de tourner l’histoire d’Oskar Schindler….

Cette visite complète parfaitement la visite guidée du mémorial d’Auschwitz Birkenau en privé avec un guide francophone ou en itinérant…

 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article