ETE MEURTRIER. René « La Canne », gentleman cambrioleur

Publié le par L'Union par Mathieu Livoreil

ETE MEURTRIER. René « La Canne », gentleman cambrioleur

REIMS (51). Ici commence notre série de l’été sur les faits divers qui ont marqué la région. On commence avec René « la Canne », inhumé à Reims, reflet d’une époque. Portrait.

ETE MEURTRIER. René « La Canne », gentleman cambrioleur

Toute sa vie, René « la Canne », alias René Girier, semble avoir semé des flics. En janvier 2000, vaincu par le cancer, il mourrait dans son lit à l’âge de 81 ans, avant d’être inhumé au cimetière de la Neuvillette, à Reims. Soixante ans plus tôt, alors que la France venait de capituler, Girier fait déjà dans le braquage, de préférence à vélo. Guerre oblige, Girier se retrouve au STO en Allemagne. Déjà, il acquiert une certaine notoriété dans le milieu. Ses complices et amis d’alors se nomment Pierrot « le Fou » et Émile Buisson. Ensemble et à bord de Citroën 15 CV noires, ils pillent les coffres-forts, dévalisent banques et bijouteries.

De nombreux vols feront saliver l’opinion publique de l’époque : interception d’un train rempli d’or, 65 millions de francs en bijoux dérobés à Deauville en 1949, ouverture du coffre-fort où un certain René Daladier, ex-président du Conseil, empilait ses économies.

Onze évasions en huit ans

Avec son « gang des Traction avant », René « la Canne », surnom hérité à cause d’une patte folle dont on ne saura jamais avec certitude s’il s’agit d’un défaut de fabrication ou d’une altercation avec la police, se diversifie à l’occasion : tentative de rapt de Rita Hayworth (épouse du richissime prince Ali Khan) pour ne citer que la plus fameuse.

Évidemment, la police le pourchasse et, assez souvent, l’attrape. Mais plus souvent encore, « la Canne » s’évade : onze fois en huit ans. Amateur du costume-cravate, ce dandy l’affirme à qui veut l’entendre : « J’ai pas tué, j’ai jamais balancé et je n’ai volé que les riches. » De quoi construire son mythe, nourrir pour l’éternité une image de gentleman cambrioleur.

De ces vols, cavales et évasions naîtra la légende de René « la Canne », personnage qui, à l’instar de Mesrine un quart de siècle plus tard, finit par rentrer dans l’imaginaire collectif d’une époque. En 1951, le policier Roger Borniche interpelle de nouveau « la Canne » à la sortie d’un cinéma parisien. Retour à la case prison pour celui qui, à 32 ans, commence tout de même à en avoir marre de ses séjours répétés en cellule.

Le déclic se nomme Charlotte de Monaco : la mère du prince Rainier, visiteuse de prison pour la Croix-Rouge, jure à qui veut l’entendre que Girier n’ambitionne plus que de devenir un honnête homme. Celui-ci sort en 1956 et devient chauffeur (sans permis) de Madame dans son château de Marchais, dans l’Aisne. Mais cette vie apparaît vite trop étroite à Girier qui, en 1957, s’installe à… Reims.

À l’époque, L’Union et d’autres journaux lui attribuent le vol du trésor de la cathédrale, resté fameux et non résolu ; « la Canne », lui, a toujours démenti son implication. Dans la cité des sacres, celui qui reste lié à Charlotte de Monaco ouvre une librairie située dans la rue Thiers et mène une vie « normale ». Enfin, presque : en 1961, Girier se fait pincer pour une affaire de proxénétisme et réapparaît en public au tribunal correctionnel. Par la suite, on ne l’y rependra plus.

Ses livres ? « Chienne de vie », « Tu veux pas savoir », etc.

L’ancien truand s’engage ensuite dans la réinsertion des délinquants, il crée « les ramoneurs de France », suivi d’un atelier de polissage implanté dans la rue Andrieux et qui compta jusqu’à une trentaine de salariés. Il montera également une entreprise de réparation de flippers et de jeux vidéo.

Dans la dernière ligne droite de sa vie, « le Canne » se met à écrire des bouquins aux titres évocateurs : « Chienne de vie », « Tu veux pas savoir » ou encore « Je tire ma révérence ». En 1989, il attaque son éditeur pour « abus de confiance » et expliquera à Libération : « Ça fait drôle. Dans mon milieu, il n’y avait pas ce genre d’embrouilles. »

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article