Géorgie : décès de l'ancien président Edouard Chevardnadzé

Publié le par Le Parisien

«Edouard Chevardnadzé est mort aujourd'hui à midi», a annoncé ce lundi une proche de la famille de l'ancien président géorgien. «Gravement malade», l'artisan de l'indépendance de cette république socialiste située dans le Caucase s'est éteint à l'âge de 86 ans.

 

 

Géorgie : décès de l'ancien président Edouard Chevardnadzé

Tour à tour membre des jeunesses soviétiques puis patron de l'antenne géorgienne du KGB, Edouard Chevardnadzé est plus connu pour son rôle dans le rapprochement entre l'URSS et les Etats-Unis au cours de la seconde moitié des années 1980. 

Alors ministre des Affaires Etrangères dans l'administration de Mikhaïl Gorbatchev, il est à l'origine des politiques de libéralisation du régime soviétique de «glasnost» et de «perestroïka».

L'artisan de l'indépendance géorgienne

En 1991, lors de l'effondrement du régime soviétique, Chevardnadzé choisi de soutenir le président de la fédération de Russie Boris Eltsine contre Mikhaïl Gorbatchev. En mars 1992, il occupe le poste de président du Conseil de sécurité d'une Géorgie nouvellement indépendante alors que le pays est en proie à une période de guerre civile. 

En novembre 1995, il accède à la présidence de la Géorgie indépendante, un poste qu'il occupera jusqu'en 2003. Au cours de deux mandats successifs, il travaille au désarmement de son pays, en se forgeant ainsi de solides amitiés en Occident. La crise économique ainsi qu'une corruption omniprésente au sein de l'administration géorgienne auront toutefois raison de son image, le forçant à démissionner au terme de la «révolution des roses», en 2003. Il est alors remplacé par le pro-occidental Mikheil Saakachvili, qui restera en poste jusqu'en 2013.

Gorbatchev parle d'un «homme talentueux»

«C'était un homme très capable, talentueux, très ouvert pour travailler avec le peuple, avec toutes les tranches de la société», a déclaré Mikhaïl Gorbatchev à la radio Echo de Moscou à l'annonce de la mort de son ancien ministre des Affaires Etrangères. A propos de celui qu'il qualifie de «représentant idéal de la Géorgie», le dernier dirigeant soviétique a ajouté qu'il était une personne avec laquelle «on pouvait parler directement».

De son côté, le président russe Vladimir Poutine a présenté ses «sincères condoléances à la famille et aux proches, ainsi qu'à tout le peuple géorgien». 

Réagissant à son tour, le Premier ministre géorgien Irakli Garibachvili a lui souligné «l'importance particulière» de la contribution apportée par Chevardnadzé dans la «définition du rôle de la Géorgie dans le monde moderne».

Publié dans Avis de décès

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article