Un artiste chartrain rend hommage aux civils morts en 39-45

Publié le par l'echo républicain

Un artiste plasticien local s’est lancé dans la construction d’une stèle en hommage aux civils morts pendant la Seconde Guerre mondiale.

Jean-Noël Marais, plasticien de Bailleau-l’Évêque, prépare sa stèle à l’Historial. A sa gauche, un pan dufutur monument et en fond une affiche de ce à quoi ressemblera la stèle flèche une fois terminée

Jean-Noël Marais, plasticien de Bailleau-l’Évêque, prépare sa stèle à l’Historial. A sa gauche, un pan dufutur monument et en fond une affiche de ce à quoi ressemblera la stèle flèche une fois terminée

Aller se recueillir devant des fragments d'obus, éclats de bombes ou morceaux de mitrailleuses, c'est l'idée qui a germé dans l'esprit de Jean-Noël Marais. L'artiste de 54 ans a imaginé la stèle flèche - censée évoquer les clochers de la cathédrale de Chartres - en hommage aux civils morts pendant la Seconde Guerre mondiale.

« Il y a beaucoup de monuments aux morts pour les soldats mais très peu pour rendre hommage aux civils », rappelle le plasticien de Bailleau-l'Évêquel. Quoi de mieux pour la concevoir que de récupérer les matériaux issus de la dépollution de l'ancienne base militaire 122 de Champhol, bombardée en 1939-1945. « Il est important que la structure soit bâtie avec le matériel qui a servi pendant la guerre. »

Depuis novembre, il a pu entreposer ses pièces et son matériel à l'Historial. La stèle, une fois achevée, sera implantée au niveau de l'ancienne station météo de Champhol. Ne reste plus qu'à finaliser le budget - d'environ 30.000 € -, qui devrait être voté lors du conseil municipal de Champhol à la rentrée.

Pour aider à financer l''uvre, une souscription doit être mise en place avec la Fondation du patrimoine. « Tout se concrétise, et de plus en plus, je ressens l'intérêt croissant des gens et des élus, s'enthousiasme le plasticien. Cela me donne encore plus envie de m'investir dans ce projet afin qu'il se réalise. »

Pour ce passionné d'histoire, imaginer un tel édifice est apparu comme une évidence en cette année de célébration du 70 e anniversaire de la Libération. « C'est important de se souvenir de cette période tourmentée. »

« Important de se souvenir de cette période »

L'artiste ne s'occupera que de l'assemblage du matériel métallique pioché sur la base 122. D'ici là, Jean-Noël Marais doit encore faire le tri entre toutes les pièces récupérées, les identifier, les trier… avant de pouvoir enfin les enchevêtrer. Des interstices seront volontairement laissés entre les différentes pièces. Objectif : permettre au système d'éclairage qui sera installé au c'ur de la stèle d'illuminer le monument à la nuit tombée. L''uvre ne sera malheureusement pas achevée pour le 17 août, date anniversaire de la Libération de Chartres en 1944. Cela devrait tout de même être le cas d'ici la fin d'année.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article