La France de Pétain, de la milice, de la LVF et de tous les fascismes

Publié le par L'Humanité par Dany Stive

La France de Pétain, de la milice, de la LVF et de tous les fascismes

La Collaboration, Vichy-Paris-Berlin 1940-1945 Thomas Fontaine et Denis Peschanski. Éditions Tallandier/Archives nationales, 320 pages, 39,90 euros.

La France de Pétain, de la milice, de la LVF et de tous les fascismes

L’ouvrage a l’apparence d’un de ces beaux livres que les éditeurs peaufinent avant les fêtes. Richement illustré, élégamment mis en page, pas trop bavard, il n’en est pas moins un livre d’histoire, d’historiens – en l’occurrence Thomas Fontaine et Denis Peschanski – consacré à une période noire de notre pays : la collaboration. Aujourd’hui encore, ces cinq années taraudent notre mémoire, sont l’objet d’interprétations contradictoires, de regards divergents, et parfois de lectures plus idéologiques qu’historiques. La volonté des auteurs de cet épais ouvrage est d’aller au-delà des polémiques, de ne pas s’enfermer dans le débat stérile – les Français ont tous été collabos, ou tous résistants – d’observer au plus près les acteurs de la collaboration, d’interroger les racines de leur engagement, de mesurer les conséquences de leurs écrits et de leurs actes.

Le tout en présentant une masse incroyable de documents passionnants : affiches, rapports, lettres, journaux, insignes, tracts, procès-verbaux, registres d’écrou, photos, objets… dont de nombreux inédits trouvés dans les riches cartons des Archives nationales (séries du contre-espionnage, dossiers des brigades spéciales des renseignements généraux, pièces de collectionneurs…) dans lesquels les deux historiens ont fouillé avec délectation. Le livre présente le gros avantage pour le lecteur de respecter un ordre chronologique. Un choix revendiqué par les auteurs qui, par ce moyen, veulent rendre sensibles les mouvements d’opinion des Français, notamment celui qui poussera de plus en plus de gens vers la résistance. Chaque date ouvre une ou deux doubles pages, systématiquement illustrées et commentées.

L’intérêt du lecteur est relancé à chaque page tournée. Certains documents sont sidérants et donnent envie de se munir d’une loupe pour ne rien perdre de leur intérêt. Les photos montrant dignitaires nazis et patrons français à la même table ne sont pas exceptionnelles mais découvrir la liste des convives au déjeuner du 28 octobre 1942 est édifiant : le PDG de la Société générale et vice-président de l’Union syndicale des banquiers, le PDG de la Banque de Syrie et du Liban, le PDG de Paribas, le PDG des Grands Hôtels associés sont coude à coude avec René Bousquet, le sinistre secrétaire général de la police de Vichy, et avec les représentants du Reich.

Le livre fourmille de ces pépites incroyables. Si l’ouvrage s’attache à parler au singulier, à travers des personnalités engluées dans ce combat, il ressort de l’ensemble du livre que la collaboration fut une politique d’État portée par Pétain du début jusqu’à la fin. Les auteurs précisent que ce terme recouvre « une idéologie radicale, prônant un idéal fasciste dans une Europe recomposée par le nazisme triomphant ». Politique qui se soldera par l’organisation de la déportation massive des juifs de France et par une effroyable traque, main dans la main avec la Gestapo, des communistes et des résistants. Le combat contre le bolchevisme restera une constante de l’axe Berlin-Vichy. Symboliquement, le livre se clôt sur les photos méconnues de l’enterrement, en janvier 1945, du funeste Doriot, à Mengen (Bade-Wurtemberg) où l’hôtel de ville est décoré pour l’occasion de drapeaux français. Au nom de Ribbentrop, Otto Reinebeck salue le « sincère ami de l’Allemagne et champion fanatique d’une Europe nouvelle et plus belle ». Funérailles de la Collaboration selon l’historien Pascal Ory.

 

Une exposition sur le même thème, due aux deux mêmes historiens, se tient jusqu’au 2 mars 2015 aux Archives nationales, hôtel de Soubise, 60, rue des Francs-Bourgeois, 75003 Paris.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article