Alberto Nisman : des affiches antisémites à Buenos Aires

Publié le par The Times of Israël

Alberto Nisman : des affiches antisémites à Buenos Aires

« Un bon Juif est un Juif mort », peut-on lire sur des affiches qui font référence au procureur qui a été retrouvé mort.

Alberto Nisman : des affiches antisémites à Buenos Aires

Buenos Aires, Argentine – Des posters sont apparus dans un quartier juif de Buenos Aires sur lesquels on pouvait lire « un bon Juif est un Juif mort. Nisman est un bon Juif ». 

Les affiches collées à Villa Crespo font référence à Alberto Nisman, le procureur argentin en charge de l’enquête sur les attentats de 1994 au centre juif de l’AMIA qui a été retrouvé mort dans son appartement de Buenos Aires le 18 janvier dernier. Le mystère de sa mort n’a pas encore été résolu.

Personne n’a revendiqué la responsabilité de ces affiches. Le slogan est similaire au slogan « Seul un Juif mort est un bon Juif » utilisé par les groupes nationalistes et antisémites dans les années 1960 et 1970.

Le DAIA, un groupe politique regroupant les groupes politiques juifs d’argentines, a exprimé son inquiétude au sujet de ces affiches. Le président du DAIA, Julio Schlosser, a affirmé aux médias argentins qu’il aborderait cette question avec les autorités nationales.

« Nous condamnons le contenu clairement antisémite de ces affiches, ainsi que l’incitation à la violence, et exhortons les autorités compétentes à enquêter pour trouver les personnes qui sont derrière ces affiches », a affirmé le DAIA dans un communiqué lundi.

« Nous appelons les différents secteurs de notre société à condamner ce crime qui menace la démocratie et la coexistence paisible. »

Nisman, 51 ans, a été retrouvé mort quelques heures avant qu’il n’ait à présenter les preuves certifiant que la présidente Cristina Fernandez de Kirchner (et d’autres fonctionnaires gouvernementaux) auraient couvert le rôle de l’Iran dans l’attaque du centre juif AMIA.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article