Carlton : DSK et l’invisible licou, Dupond-Moretti, Jade et Mounia, en vrac

Publié le par Le Monde par Pascale Robert-Diard

Carlton : DSK et l’invisible licou, Dupond-Moretti, Jade et Mounia, en vrac

L'oreille est devenue distraite, le regard s'échappe, on picore, plus que l'on suit vraiment les dernières heures de l'audience. Vrac de notes dans le carnet.

Croquis de Boucq

Croquis de Boucq

Dominique Strauss-Kahn et l'invisible licou.

Au premier jour, lors des suspensions d'audience, il tournait autour de sa chaise, ne se mélangeait pas avec ses co-prévenus, à l'exception de son ami Fabrice Paszkowski. Tout juste s'accordait-il la liberté de jeter un œil sur le travail des dessinateurs assis dans le prétoire en échangeant avec eux quelques phrases banales sur leur travail. Son regard coulait sur la salle sans jamais accrocher, il sentait bien qu'on le scrutait et se gardait d'offrir ce que l'on y cherchait - de la tension, de la tristesse, de l'indifférence, de la colère- "glissez, semblait-il nous dire, je ne vous ferai pas le cadeau de cette intimité là".

Pendant les trois jours consacrés à son interrogatoire, il a gardé la même attitude, concentré sur les questions des juges, courtois avec celles de ses adversaires - cette politesse tellement maîtrisée qu'elle crée entre son interlocuteur et lui une distance aussi grande que celle qui sépare la terre de la lune. Dominique Strauss-Kahn savait que, dans cette affaire, le danger venait moins du dossier que de lui-même, de tout ce qu'il pouvait donner à voir de suffisance, d'arrogance ou de trop grande intelligence. Il lui fallait répondre sans écraser, se défendre sans humilier. Il y avait autour de lui comme un invisible licou prêt à se serrer s'il franchissait la frontière que sa défense lui imposait.

Le premier sourire est apparu à la fin de la deuxième semaine d'audience. Il venait de sortir sans une égratignure de l'examen des dernières charges retenues contre lui et déjà se profilait le procès des juges d'instruction. Dans le prétoire, aux suspensions d'audience, le prévenu Dominique Strauss-Kahn a élargi son cercle, on le voyait plaisanter - il osait même s'approcher des femmes, avocates ou collaboratrices d'avocates.

Croquis de Boucq

Croquis de Boucq

L'invisible licou s'est relâché mardi 17 février. Le procureur Frédéric Fèvre vient de prononcer un long avant-propos qui confirme l'effondrement du dossier construit par les juges d'instruction. La réquisition de relaxe de Dominique Strauss-Kahn est acquise et l'on devine déjà qu'elle sera "pure et simple."

A la suspension d'audience, pour la première fois, Dominique Strauss-Kahn franchit seul la frontière qui sépare le prétoire du reste de la salle et s'approche du diable, les bancs de la presse. Mains dans les poches, détendu, il se laisse aborder par deux journalistes, échange avec elles quelques mots, d'autres journalistes se joignent, posent à leur tour un ou deux questions, le prévenu flaire le danger, s'écarte.

Lorsqu'un peu plus tard, les unes des sites d'Europe 1 et de L'Obs annoncent des "confidences" de Dominique Strauss-Kahn, sa conseillère en communication, Anne Hommel, entre dans une noire colère, appelle aussitôt les directeurs des sites d'information en question, leur affirmant contre toute évidence que les journalistes ont "volé" une conversation entre le prévenu et ses avocats.

Les propos qu'il a tenus sont terriblement banals, mais il ne faut surtout pas écorner l'image du modeste et discret prévenu qu'il a assurée jusque là. Lorsqu'il revient dans le prétoire, Dominique Strauss-Kahn a retrouvé son masque et effacé le sourire auquel il avait cédé trop tôt.

La graine de grande : Me Alice Cohen-Sabban.

Elle porte le nom de son père, Jo Cohen-Sabban, l'un de ces avocats de voyous à l'ancienne, drôle et dur, grande gueule et remarquable orateur et elle a appris le métier chez Eric Dupond-Moretti, dont elle est la collaboratrice depuis treize ans, ce qui fait deux ombres sacrément lourdes à porter sur ses épaules de trentenaire. Jeudi 19 février, Me Alice Cohen-Sabban a imposé son prénom et son talent en plaidant en défense de David Roquet.

De tous les avocats que l'on a entendus, ce sont finalement de deux femmes - Frédérique Baulieu, pour Dominique Strauss-Kahn et Alice Cohen-Sabban - que sont venues les démonstrations les plus cruelles sur les dérives de l'instruction. L'avocate de David Roquet raconte avec drôlerie le moment où la juge, découvrant dans le carnet d'adresses du prévenu une femme au nom de "Gode", l'assaille aussitôt de questions suspicieuses, alors que vérification faite, il ne s'agissait que de l'abréviation d'un...nom de famille, Godefroy.

Alice Cohen-Sabban était avec son client dans le cabinet de la juge Stéphanie Ausbart, quand elle a aperçu, épinglée au dos de la porte entrouverte de l'armoire qui contenait le dossier du Carlton, une caricature de DSK. Elle a attendu la fin de l'interrogatoire de son client par la juge et, alors que celle-ci lui demandait si elle avait des observations à présenter, Me Cohen-Sabban s'est tournée vers David Roquet.

- Pouvez-vous me dire ce que vous voyez sur la porte de cette armoire ?

-  Une caricature de Dominique Strauss-Kahn.

La juge a compris le piège trop tard, la greffière avait noté, l'échange figure sur procès-verbal.

A droite, Maître Eric Dupond-Moretti, avocat de David Roquet, ancien patron d’une filiale d’Eiffage

A droite, Maître Eric Dupond-Moretti, avocat de David Roquet, ancien patron d’une filiale d’Eiffage

Une bouffée de Dupond-Moretti

Il aurait tant aimé défendre Dominique Strauss-Kahn, il n'est que l'un des trois avocats de David Roquet. Eric Dupond-Moretti était là le premier jour, puis il a disparu, et il n'est réapparu que pour plaider jeudi 19 février. Tant de désinvolture agace,  il n'en a cure, il sait que sa présence aimante et fascine, même ceux qui lui en veulent. Alors il fait le spectacle, pas trop quand même, le talent assure le reste.

"On pourrait presque se croire dans un film de Claude Sautet, Dominique, David, Fabrice et les autres", ironise-t-il, en puisant dans la mémoire d'une "France gauloise et primesautière" qui a vu l'un de ses présidents, Félix Faure, "perdre sa connaissance"  à l'Elysée dans les bras d'une jeune femme et un autre, Jacques Chirac, revendiquer d'avoir été "déniaisé dans un bordel militaire de campagne".

Me Dupond-Moretti lit la page 188 de l'ordonnance de renvoi dans laquelle la juge écrit : "Indépendamment de tout jugement moral sur ce type de pratique sexuelle qui, lorsqu'elle est consentie librement, n'intéresse pas le droit pénal, force est de constater que ce type de pénétration sexuelle est même refusé par certaines prostituées (...) Un tel comportement pouvait donc, a fortiori, nécessiter de recourir à des professionnelles rémunérées pour ce type de prestations".  

- Je trouve que cette phrase est plus révélatrice de la sexualité du juge que de celle du mis en examen, dit Me Dupond-Moretti. La salle sourit. Son client est ravi. L'avocat peut repartir, sa robe sous le bras.   

Les bancs vides des parties civiles

Jade et Mounia sont devenues des "personnages" que télévisions, radios et journaux s'arrachent. Mercredi 17 février, les deux jeunes femmes ont accordé une sorte de conférence de presse à une poignée de journalistes que leurs avocats ont pris grand soin de sélectionner.

Pour être élu, il fallait notamment ne pas avoir évoqué dans ses comptes rendus d'audience une scène de sodomie que l'une d'entre elles avait racontée à la barre. Dans les médias audiovisuels, la lutte est si âpre pour recueillir la parole des deux dames, que l'une des radios candidates a obtempéré aux injonctions de Me Gérald Laporte qui lui demandait, en préalable à l'obtention du précieux sésame, de retirer l'un des papiers qui avait été préalablement mis en ligne sur le site de ladite radio.

Mais ce n'est pas tout. Pour accéder à la parole de Jade et de Mounia, il fallait encore accepter de signer un contrat manuscrit par Me Laporte, dans lequel il était indiqué que la publication de toute photo ou de la véritable identité des deux jeunes femmes exposait les contrevenants à leur payer la somme de 200 000 euros.

Depuis que leurs avocats ont annoncé qu'elles retiraient leur constitution de partie civile contre Dominique Strauss-Kahn, elles ont déserté l'audience mais pas les projecteurs.

Ainsi vont les dernières heures du procès du Carlton. On attend vendredi en fin d'après-midi, une ultime déclaration de chacun des quatorze prévenus. Enfin, pour dire juste, on attend surtout de savoir si Dominique Strauss-Kahn cédera ou ne cédera pas à la tentation de s'exprimer.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article