Oskar Gröning, 93 ans, ancien comptable d’Auschwitz, va bientôt être jugé

Publié le par FocuSur par Samuel Paulet

Oskar Gröning, 93 ans, ancien comptable d’Auschwitz, va bientôt être jugé

On fête cette année les 70 ans de la Libération d’Auschwitz. Mais certaines personnes n’ont jamais payé. C’est le cas d’Oskar Gröning, 93 ans, qui était le comptable du plus grand camp de concentration de l’époque nazie.

Oskar Gröning, 93 ans, ancien comptable d’Auschwitz, va bientôt être jugé

Oskar Groning comparaîtra à partir du 21 avril pour complicité d’assassinat de 300 000 personnes, selon le communiqué du tribunal repris par le Monde. Ancien sergent de la Waffen SS, il a travaillé en tant que comptable à Auschwitz 16 mai 1944 au 11 juillet 1944.

     « J’ai eu honte pendant des décennies et j’ai toujours honte aujourd’hui, non pas de mes actes parce que je n’ai jamais tué personne. Mais j’ai offert mon aide. J’étais un maillon dans la machine à tuer qui a éliminé des millions de personnes innocentes »

Une période pendant laquelle 425 000 personnes ont été déportées, selon des informations du Monde. Le rôle d’Oskar Gröning était, entre autres, de compter les billets de banque retrouvés dans les bagages des prisonniers et de les transférer aux autorités nazies à Berlin, ainsi que tout autre effet de valeur. Il devait aussi faire disparaitre les bagages des déportés afin qu’ils ne soient pas vus par les nouveaux prisonniers. Du fait de ce travail là, il était pleinement conscient que ceux qui étaient déclarés inaptes pour travailler « étaient assassinés directement après leur arrivée dans les chambres à gaz d’Auschwitz ». C’est du moins ce que l’accusation entend.

Oskar Gröning, 93 ans, ancien comptable d’Auschwitz, va bientôt être jugé

Le procès se déroulera dans la ville de Lunebourg, à proximité d’Hambourg, tout au nord de l’Allemagne. Une cinquantaine de parties civiles y participeront, la plupart étant des rescapés. L’homme s’était confié, en 2005, dans les pages du quotidien allemand Bild : « J’ai eu honte pendant des décennies et j’ai toujours honte aujourd’hui, non pas de mes actes parce que je n’ai jamais tué personne. Mais j’ai offert mon aide. J’étais un maillon dans la machine à tuer qui a éliminé des millions de personnes innocentes »

La justice allemande ne se contente plus de placer sur le banc des accusés (comme après-guerre) des nazis ayant commandités la mort d’individus, ils se concentrent à présent sur leur entourage, en étalant les accusations à la complicité de meurtre. Ainsi, en 2011, John Demjanjuk, gardien ukrainien de camp d’extermination nazi de Sobibor, a été jugé et condamné pour complicité du meurtre de 29 000 juifs (et non 100 000).

Surnommé « Ivan le terrible », l’homme avait obtenu la nationalité américaine en 1958. Condamné à mort par un tribunal israelien dans un premier temps en 1988, l’homme avait pu s’en sortir, la justice le relâchant par la suite, faute de preuves pouvant clairement l’identifier comme étant l’homme qui aurait tué plus de 100 000 juifs. Il sera finalement jugé et condamné à 5 ans de prison, mais il mourra 1 an plus tard en maison surveillée…. Oskar Groning connaitra le même sort. Il sera condamné par la justice pour ce qu’il a fait, mais ne le payera pas par une lourde peine de prison, l’accusé étant beaucoup trop âgé. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article