Nucléaire iranien : Netanyahou tire la sonnette d'alarme... depuis 20 ans

Publié le par Metro

Nucléaire iranien : Netanyahou tire la sonnette d'alarme... depuis 20 ans

DECRYPTAGE - Benjamin Netanyahou a averti mardi devant le Congrès américain qu'un accord sur le nucléaire iranien n'empêcherait pas Téhéran d'avoir la bombe atomique. Une menace que le Premier ministre israélien fait planer depuis une vingtaine d'années. 

Le Premier ministre israélien, mardi au Congrès américain

Le Premier ministre israélien, mardi au Congrès américain

Comme un air de déjà-vu. Devant un Congrès américain à moitié vide - le camp démocrate avait déserté les lieux -, Benjamin Netanyahou a averti mardi qu'un accord sur le nucléaire iranien n'empêcherait pas Téhéran d'avoir la bombe atomique. "De la rhétorique, vraiment rien de plus", a commenté le département d’Etat. Il faut dire que "Bibi" brandit la menace du nucléaire iranien depuis... une vingtaine d’années.

En 1992, celui qui n’était encore que député mettait en effet déjà en garde le Parlement israélien, comme l’a relevé le site The Intercept. Benjamin Netanyahou avançait même un calendrier, estimant que l'Iran serait capable de fabriquer une arme nucléaire dans "trois à cinq ans". Quatre ans plus tard, il se présente pour la première fois au Congrès américain et milite pour une lutte contre "la nucléarisation d'Etats terroristes". Il l’assure, le temps presse : "Mesdames et Messieurs, le temps nous est compté. Il ne s'agit pas de dramatiser la situation plus qu'elle ne l'est déjà."

"Le plus grand de tous les dangers"

Même rengaine en 2011. Toujours sous ses habits de Premier ministre, "Bibi" ressort quasiment mot pour mot son précédent discours devant la Chambre des représentants :"Maintenant, le temps nous est compté [...]. Car le plus grand de tous les dangers pourrait bientôt s'abattre sur nous : un régime islamique militant doté de l'arme nucléaire." De la parole aux actes, il n’y a qu’un pas que Benjamin Netanyahou franchit en 2012. A l’occasion d’un discours face aux Nations Unies, il dégaine le schéma d’une bombe pour démontrer que l’Iran a atteint le seuil des 70 % d'enrichissement de son uranium. Conséquence, le pays pourrait passer à "l'étape finale" d’ici quelques mois pour un enrichissement à 90 %, le seuil minimum pour pouvoir fabriquer une bombe.

Une rhétorique entonnée une nouvelle fois ce mardi, donc, devant le Congrès américain. "Un accord avec l'Iran ne l'empêchera pas de produire des bombes atomiques. Il est même presque certain qu'il produirait ces armes nucléaires, beaucoup d'entre-elles", a martelé Netanyahou. Un refrain auquel ne croient visiblement plus ses propres services secrets. Selon un câble diplomatique obtenu par Al Jazeera en 2013, le Mossad estimait que l’Iran ne "fournit pas l'activité nécessaire à la production d'armes" nucléaires.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article