Jean Zay, l'école comme arme anti-inégalités

Publié le par Le Parisien

Jean Zay, l'école comme arme anti-inégalités

Le héros. En 1936, à 32 ans, Jean Zay devient ministre de l'Education nationale du Front populaire. Défenseur d'une démocratisation de l'enseignement, il prolonge de 13 à 14 ans l'obligation de scolarité, lance l'éducation physique à l'école ou offre la liberté d'initiative aux instituteurs encouragés à promouvoir la culture.

Jean Zay (1904-1944)

Jean Zay (1904-1944)

Arrêté en 1940 et accusé de désertion sur ordre de Vichy, il est emprisonné avant d'être assassiné en 1944 par la milice.

Son héritière. Anne Anglès, c'est la prof d'histoire-géo qui a inspiré le film « les Héritiers », sorti en octobre dernier : l'histoire d'une enseignante en banlieue qui décide de faire passer le concours national de la Résistance à ses élèves plutôt turbulents. Une expérience qui les métamorphosera. Comme Jean Zay, Anne Anglès, enseignante au lycée Léon-Blum à Créteil (Val-de-Marne), croit à « la réussite pour tous sans pour autant brader la valeur du travail, de l'effort, du dépassement de soi ». « L'école doit suppléer à toutes les inégalités de la vie, ouvrir des horizons aux gamins qui grandissent dans un milieu où il n'y a pas de livres, où l'on ne visite jamais d'expos », défend la quadragénaire hyper enthousiaste qui emmène ses élèves à la Comédie-Française ou dans un musée d'Art contemporain. « La transmission se fait des deux côtés. Mes élèves nous apprennent la tolérance, nous invitent à reconsidérer parfois nos positions dogmatiques », observe l'agrégée d'histoire. Elle est admirative du réformateur Jean Zay, qui « avait de l'imagination », qui n'était « pas dans un esprit de système » et qui était « prêt à accueillir des innovations ». « Je ne lui arrive pas à la semelle de la chaussure », insiste-t-elle. Elle sera aujourd'hui au Panthéon pour lui rendre hommage, invitée par l'Elysée.

Anne Anglès

Anne Anglès

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article