Mort de l’ex-président turc Kenan Evren, auteur du coup d'Etat de 1980

Publié le par Radio France Internationale

Mort de l’ex-président turc Kenan Evren, auteur du coup d'Etat de 1980

En Turquie, l’artisan du coup d’Etat militaire du 12 septembre 1980 est décédé samedi soir dans un hôpital militaire de la capitale Ankara, où il était soigné depuis trois ans. Kenan Evren avait 97 ans. Président jusqu’en 1989, il avait été jugé et condamné l’an dernier pour son putsch, sans avoir rendu des comptes ni purgé sa peine.

Le général Kenan Evren chez lui à Ankara, le 4 septembre 2010

Le général Kenan Evren chez lui à Ankara, le 4 septembre 2010

Le Pinochet de Turquie, responsable d’une cinquantaine de peines capitales et de plusieurs centaines de morts par tortures, sans compter les nombreuses disparitions, n’avait alors pas affiché le moindre regret, ni le moindre remord : « J’ai fait ce qu’il fallait faire pour le pays, et si c’était à refaire, je le referais », avait-il déclaré, ajoutant que sa main n’avait pas tremblé le moins du monde pour envoyer les condamnés à mort à l’échafaud.

En juin dernier, 32 ans après les faits, Kenan Evren avait donc finalement été jugé et condamné pour son coup d’Etat. Mais condamné à la prison à perpétuité et dépossédé de tous ses titres militaires, il avait fait appel et donc n’a pas eu à purger sa peine, au grand désespoir de ses victimes. Vieux et malade, il n’avait d’ailleurs pas eu à comparaître en audience et avait simplement témoigné par vidéoconférence depuis son hôpital, ce qui restera également un motif de frustration.

L’AKP de Recep Tayyip Erdogan aura en tous cas laissé en héritage cette réforme hautement symbolique qui permet aux militaires putschistes, jusque-là protégés par la Constitution, de comparaître pour leurs crimes. Reste à savoir maintenant si feu Kenan Evren recevra les honneurs posthumes de funérailles nationales, ou s’il disparaîtra dans les oubliettes de l’histoire par la petite porte.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article