Pierre Brossolette, l'oublié

Publié le par Le Parisien

Pierre Brossolette, l'oublié

Né le 25 juin 1903, brillant étudiant de Normale sup, Pierre Brossolette va mener de front une carrière de journaliste et d'homme politique. Membre de la SFIO en 1929, anticlérical et franc-maçon, il défend les idées pacifistes puis, devant « la montée des périls », se résout à la guerre.

Pierre Brossolette, l'oublié

Mobilisé en 1939 et démobilisé un an après, il rentre à Paris mais, interdit d'enseigner par Vichy, il fonde avec sa femme une librairie. Après son entrée au sein du réseau du musée de l'Homme, l'endroit servira de boîte aux lettres pour des actions clandestines. Embarqué pour Londres en 1942, il va devenir l'un des représentants officiels de la Résistance, notamment en tant que commandant, pour les services secrets de la France libre, du Bureau central de renseignements et d'action. Arrêté en février 1944, torturé pendant plus de deux jours, en mars 1944, il profite d'un moment d'inattention de son gardien pour se jeter par la fenêtre de la chambre où il est détenu. Grièvement blessé, il succombe à l'hôpital, sans avoir parlé. Grande figure de la Résistance, Pierre Brossolette ne fait pourtant pas l'unanimité. Ses conflits avec Jean Moulin lui ont valu quelques années d'oubli et nombre d'adversaires. Les deux hommes seront pourtant réunis le 27 mai prochain.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article