La Russie enquête sur des «Nazis de la grammaire»

Publié le par 20Minutes

La Russie enquête sur des «Nazis de la grammaire»

LANGUE Les autorités ont entendu l’organisateur d’une dictée annuelle au sujet de détournements de symboles et de slogans hitlériens...

Capture d'écran du site russe demotivators.ru

Capture d'écran du site russe demotivators.ru

On ne plaisante pas avec le nazisme en Russie. Lancées dans une campagne d’élimination des symboles hitlériens, les autorités enquêtent actuellement sur des internautes qui défendent le bon usage de la langue russe, qu’elles ont identifiés comme les « Nazis de la grammaire ». Elles les accusent de détourner sur la Toile la croix gammée et les slogans de l’Allemagne nazie.

Selon le Moscow Times, le patron de Bonus Media, un groupe qui organise notamment la Dictée totale, un événement annuel qui teste la maîtrise de la langue de milliers de personnes, a été interrogé. « Ils m’ont questionné sur la dictée, à propos de mes initiatives locales, puis ils m’ont poliment demandé ce que je pensais des Nazis de la grammaire, et s’ils finançaient mes activités », a indiqué Alexei Pavlovsky sur sa page Facebook. Le procureur du district de Roston-sur-le-Don a également demandé par écrit à Bonus Media à consulter le contrat décrivant les relations commerciales entre le groupe et la Dictée totale.

Une amende pour une blogueuse

Les « Nazis de la grammaire » ont beau ne pas être un groupe constitué, les autorités semblent déterminées à identifier les internautes qui ont stylisé la lettre G (pour grammaire) à la manière de swastika et inventé le slogan « Grammatik macht frei », en référence au « Arbeit macht frei » ornant l’entrée du camp de concentration d’Auschwitz. Les enquêteurs « m’ont demandé comment je réagissais à ces images, a détaillé Pavlovsky. Ils m’ont aussi interrogé sur ce que je ressentais à l’égard des gens qui font des erreurs [grammaticales], et si j’avais le désir de les éliminer. »

Ce dernier n’est pas le premier à passer devant les autorités. Au printemps de cette année, une blogueuse sibérienne a été accusée de « promotion de l’idéologie nazie » après avoir posté une image de « Nazi de la grammaire » et expliqué dans un post « soutenir l’usage correct de la langue et la pureté du russe ». La justice l’avait alors condamnée à payer une amende de 1.000 roubles, soit 17 euros, selon le site Infpol.ru.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article