Les caves d'Hitler étaient vides...

Publié le par Le Point

Les caves d'Hitler étaient vides...

Le scoop du tabloïd allemand "Bild", affirmant que les caves à cognac du Führer avaient été retrouvées, s'est révélé faux... Mais il a fait le tour du monde.

Le château de Moritzburg, en Saxe

Le château de Moritzburg, en Saxe

Certaines histoires sont parfois trop « belles » pour être vraies. Le quotidien le plus lu en Allemagne, Bild, avait cru révéler un scoop mondial en affirmant la semaine dernière qu'un restaurateur avait trouvé les caves secrètes où Hitler cachait ses grands crus. Le propriétaire de cet établissement construit sur les terres du sublime château de Moritzburg, en Saxe, a récemment découvert dans la forêt près de sa propriété plusieurs grandes pièces voûtées fermées par d'épaisses portes en bois.

Des photos imprimées dans le tabloïd montrent ainsi Sylvio Stelzer, un candélabre en main, dans ce lieu un rien lugubre. L'homme d'affaires croit savoir que le Führer avait choisi de transférer en 1944 ses meilleurs spiritueux près de Dresde, car il considérait que Berlin n'était plus une capitale assez sûre. Pour donner un peu de piment à cette histoire, le tabloïd a publié dans ses colonnes des images de vieilles bouteilles de cognac qui étaient censées avoir été découvertes dans ces caves. Les clichés des cartons dans lesquels étaient alignés les flacons de Hennessy ont fait le tour du monde. Les journaux britanniques Telegraph et Daily Mail ont publié cette « information » tout comme des titres danois, belges ou... vietnamiens.

Intérêt morbide

Le fait qu'Adolf Hitler ne buvait pas une goutte d'alcool ne semble avoir gêné aucun reporter. Après tout, un chef d'État, aussi tyrannique soit-il, doit bien avoir quelques boissons à offrir à ses invités de marque. Et pourtant... Les bouteilles de cognac présentées dans le quotidien Bild ne provenaient pas du tout du château de Moritzburg. Les photos parues en Allemagne provenaient en réalité d'un forum sur la Toile consacré au cognac. Tous les alcools et les denrées cachés dans les caves auraient en effet été bus et dévorés par les soldats russes lors de leur avancée en Allemagne.

Ce « scoop » révèle deux choses. La première est que la course à « l'information exclusive » et les nouvelles technologies permettent à des rumeurs de se répandre sur les cinq continents en quelques minutes à peine. Mais cette « découverte » montre aussi à quel point les événements liés au Troisième Reich, même les plus anodins, continuent de susciter un intérêt parfois morbide aux quatre coins de la planète. Les récentes retombées médiatiques de la découverte par la police des gigantesques statues de chevaux en bronze qui se trouvaient devant l'entrée de la Chancellerie d'Adolf Hitler à Berlin viennent encore récemment de le prouver...

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article