Décès du cardinal Korec, grande figure de l'Eglise slovaque sous le communisme

Publié le par Radio Télévision Belge Francophone

Décès du cardinal Korec, grande figure de l'Eglise slovaque sous le communisme

Le cardinal slovaque Jan Chryzostom Korec, grande figure de l'Eglise catholique de l'ex-Tchécoslovaquie à l'époque communiste, est décédé samedi à l'âge de 91 ans, a annonce l'épiscopat slovaque.

 Ce n'est qu'après la chute du régime communiste qu'il se voit enfin confier en 1990 un diocèse slovaque, et le pape Jean Paul II le fait cardinal un an plus tard

Ce n'est qu'après la chute du régime communiste qu'il se voit enfin confier en 1990 un diocèse slovaque, et le pape Jean Paul II le fait cardinal un an plus tard

Ordonné prêtre clandestinement en 1950, il devient à 27 ans le plus jeune évêque, également clandestin, de cette "Eglise du silence" de l'époque, sévèrement réprimée par le régime communiste tchécoslovaque.

Fausse identité

Pour survivre, Mgr Korec travaille comme ouvrier. La vraie identité de ce jésuite irréductible est découverte huit ans plus tard : le régime le condamne à 12 ans de prison pour "trahison", que constituaient à ses yeux ses contacts avec l'Occident.

Il bénéficie d'une amnistie lors du "printemps de Prague" en 1968, quand les communistes tchécoslovaques tentent, en vain, de libéraliser le régime. En 1969 il se rend à Rome où il est reçu par le pape Paul VI.

En 1974 sa réhabilitation est annulée et il retourne poursuivre sa peine en prison, avant d'être libéré quatre ans plus tard, pour raisons de santé

Cardinal à la chute du régime

Ce n'est qu'après la chute du régime communiste qu'il se voit enfin confier en 1990 un diocèse slovaque, et le pape Jean Paul II le fait cardinal un an plus tard. Evêque de Nitra (ouest), il occupe cette fonction jusqu'en 2005 quand il prend sa retraite à 81 ans.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article