Madame Claude : ses années lotoises

Publié le par La Dépêche

Madame Claude : ses années lotoises

C'était le 31 décembre 1986, il y a exactement 29 ans. Fernande Grudet ne fit aucune difficulté quand les gendarmes sont venus la chercher dans sa maison de Cajarc, dans le Lot. Un détail que rapporta, à l'époque, le capitaine de gendarmerie Alix, commandant de compagnie. C'est lui, en exécution d'une contrainte par corps émanant du président du tribunal de grande instance de Paris, qui eut la difficile mission de conduire Fernande Grudet, alias Madame Claude, dans une des très vétustes geôles de la prison du Château du Roy, à Cahors. Un soir de réveillon passé dans une maison close, mais cette fois avec des barreaux aux fenêtres.

Madame Claude : ses années lotoises

À Cajarc, Fernande se croyait protégée, mais le fisc n'attendait que son retour de l'étranger pour lui réclamer la modique somme de 11 millions de francs. Des arriérés d'impôt qui, dix ans auparavant, lui avaient déjà valu d'être condamnée à dix mois avec sursis pour fraude fiscale et douanière.

Le soir du réveillon, Fernande Grudet a donc suivi les gendarmes, avant de tourner une dernière fois le regard vers sa maison aux volets clos située au lieu-dit «Gaillac», à quatre kilomètres de Cajarc. Une grange qu'elle restaurait avec soins, où s'affairaient encore l'électricien et le plombier, et qui jouxtait la propriété d'Olivier Guichard. Il arrivait que l'ancien ministre et baron du gaullisme rende visite à sa voisine, une femme qui ne s'épanchait guère.

«Directrice de société»

C'était l'époque où la commune avait l'habitude de croiser chez le boulanger plusieurs personnalités conquises par le petit village de la vallée du Lot. Comme le couple Pompidou qui fuyait de temps en temps les salons de l'Élysée pour rejoindre sa propriété du Prajoux. A Cajarc, on pouvait rencontrer aussi Françoise Sagan, née Quoirez, qui retrouvait la chaleur de la maison familiale située sur le tour de ville, ou bien encore le chanteur Guy Béart ou l'auteur de pièces à succès Marcel Mithois…

Sur ses papiers, Fernande Grudet était «directrice de société» ou «chargée de relations publiques». Une profession qu'elle savait décliner lorsqu'elle parlait avec les gens au hasard des rues. Celle qui avait défrayé les chroniques mondaines, qu'on appelait presque avec respect la «vestale des grands», affichait une totale discrétion, comme si elle avait résolument effacé son passé. «Dans la commune, elle était assez estimée, mais on ne se préoccupait guère de sa vie. On se souvient juste qu'elle recevait chez elle des femmes venues se reposer. C'était de très jolies filles qui avaient une grande classe. Dans Cajarc, on la voyait peu. Elle circulait dans une petite voiture et rendait visite à une amie fidèle, Madame Merle, qui était antiquaire. Elle avait noué également des relations avec Françoise Sagan et, surtout, avec son frère Jacques Quoirez. Un jour, le bruit a couru qu'il était parti vivre sur le causse, à Larnagol, justement avec une des femmes qu'il avait rencontrées chez Madame Claude», raconte Guy Mirabel. Aujourd'hui, ces témoins ont disparu. L'ancien maire se souvient du jour du 31 décembre où les gendarmes sont venus le prévenir qu'ils allaient interpeller Madame Fernande Grudet : «Que voulez-vous que je fasse. Je leur ai dit : eh bien, faites votre travail…» Guy Mirabel serait presque nostalgique quand il évoque ce passé où Cajarc aurait pu devenir le petit Saint-Tropez du Lot…

Et puis, il y a eu l'incarcération de Fernande Grudet à la maison d'arrêt, son procès au tribunal de Cahors, puis devant la cour d'appel d'Agen où l'instruction était assurée par le juge Brugières, et, enfin, le tribunal de Paris… Avant d'être libérée le 1er mai 1986, jour de la fête du Travail. La justice n'avait de cesse de faire tomber pour fraude fiscale et proxénétisme celle qui répétait : «dans la vie, il n'y a que deux choses qui marchent : le sexe et la bouffe…»

À Cahors, l'emprisonnement dura trois mois mais ne fut pas un enfer. Un de ses anciens avocats, le Cadurcien Philippe Mercadier, se souvient qu'elle bénéficiait d'une cellule particulière, avec salle de bain, avec une femme de ménage à sa disposition, mais aussi de vrais repas sortis tout droit des cuisines de «La Taverne», le meilleur restaurant de l'époque. «Le premier vendredi de son incarcération, Fernande Grudet m'avait dit non sans humour : «Vous vous rendez compte : on m'a servi, à moi, du maquereau !». Elle se plaignait parfois de sa femme de ménage qui lui rétorquait «Je n'ai que deux bras et deux jambes.» Elle répondait alors à son tour avec humour : «Moi aussi, si je n'avais eu que deux bras et deux jambes, je ne serais jamais arrivée où je suis arrivée…».

Ça ne s'invente pas.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article