La "Solution finale"

Publié le par United States Holocaust Memorial Museum

La "Solution finale"

La date précise de la décision de mettre en œuvre la "Solution finale" par les Nazis n'est pas connue. Certains historiens pensent qu'il y avait eu plusieurs décisions. Le génocide des Juifs fut le point culminant d'une décennie de politique nazie, impulsée par Adolf Hitler.

Juifs du ghetto de Lodz chargés dans des trains de marchandises pour être déportés vers le camp d’extermination de Chelmno. Lodz, Pologne, entre 1942 et 1944. — National Museum of American Jewish History, Philadelphia

Juifs du ghetto de Lodz chargés dans des trains de marchandises pour être déportés vers le camp d’extermination de Chelmno. Lodz, Pologne, entre 1942 et 1944. — National Museum of American Jewish History, Philadelphia

Les persécutions et la ségrégation des Juifs furent mises en place en plusieurs étapes. Après l'accession au pouvoir du parti nazi, le racisme d'Etat donna lieu à une législation anti-juive, à des boycotts, à "l'aryanisation", et aux pogroms de la Kristallnacht (la "Nuit de cristal"), tous des événements dont le but était d'isoler les Juifs de la société allemande et de les inciter à partir d'Allemagne.

Après l'invasion de la Pologne par le Reich en septembre 1939 (le début de la Seconde Guerre mondiale), la politique anti-juive évolua en un plan complet d'internement et finalement d'annihilation des Juifs d'Europe. Les nazis commencèrent par créer des ghettos dans le Gouvernement général (le territoire du centre de la Pologne sur lequel les Allemands avaient mis en place un gouvernement allemand civil) et dans le Warthegau (une zone de Pologne occidentale annexée à l'Allemagne). Des Juifs polonais et d'Europe occidentale furent enfermés dans ces ghettos.

Après l'invasion allemande de l'Union Soviétique en juin 1941, les Einsatzgruppen (unités mobiles d'extermination) commencèrent des tueries de masse qui touchèrent des communautés juives entières. La SS, la garde d'élite de l'Etat nazi, considéra bientôt que les méthodes mobiles d'extermination — principalement par arme à feu ou par camions à gaz — étaient insuffisantes et psychologiquement difficiles pour les assassins. Le 31 juillet 1941, Hermann Göring autorisa Reinhard Heydrich à entamer des préparatifs pour la mise en oeuvre d'une "solution complète à la question juive".

A l'automne 1941, Heinrich Himmler chargea le général SS Odilo Globocnik (commandant des SS et de la police dans le district de Lublin) de la mise en application d'un plan d'extermination systématique des Juifs du Gouvernement général. Le nom de code d'Action Reinhard fut plus tard donné à ce plan en souvenir de Reinhard Heydrich (assassiné par des partisans tchèques en mai 1942). Trois camps de mise à mort furent créés en Pologne dans le cadre de l'Action Reinhard : Belzec, Sobibor et Treblinka. A leur arrivée dans les camps, les Juifs étaient directement envoyés dans les chambres à gaz. L'assistant de Globocnik, le commandant SS Hermann Höfle, était chargé de l'organisation des déportations vers les camps de l'Action Reinhard.

Les nazis gazèrent aussi des Juifs dans d'autres camps de mise à mort en Pologne : à Auschwitz-Birkenau (qui était le plus grand des camps), à Majdanek et à Chelmno. A Majdanek, les Juifs jugés inaptes au travail étaient gazés. A Chelmno les Juifs étaient gazés dans des camions à gaz mobiles, puis dans des chambres à gaz. Dans les camps de mise à mort, les nazis assassinèrent, de façon systématique, plus de trois millions de Juifs.

La "solution finale" consista exclusivement à exterminer les Juifs d'Europe par gazage, par fusillades et par d'autres moyens. Six millions de Juifs furent ainsi assassinés, soit les deux tiers des Juifs vivant en Europe en 1939.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article