Hitler et sa garde tristement humaine

Publié le par Ouest France par Alice Adéjès

Hitler et sa garde tristement humaine

Ce soir à la télé. M6 raconte l’action d’Hitler à travers celle de ses ministres, dans un documentaire édifiant.

Ce soir à la télé. M6 raconte l’action d’Hitler à travers celle de ses ministres, dans un documentaire édifiant

Ce soir à la télé. M6 raconte l’action d’Hitler à travers celle de ses ministres, dans un documentaire édifiant

Qui étaient Goering, Goebbels, Himmler ? Des monstres, qui jouaient des coudes pour être au centre de la photo officielle du IIIe Reich. Mais aussi des hommes. C’est ce que s’attache à montrer Hitler et les apôtres du mal, à travers des témoignages d’historiens, de descendants de responsables nazis et des documents d’archives méconnus. Ces figures apparaissent plus vraies que jamais, filmées par leur famille ou des officiels, dans leur maison de campagne.

Le documentaire de Fabien Vinçon veut s’écarter d’une vision du régime centrée sur son pilote. Il ne s’agit pas de minimiser l’horreur de l’action hitlérienne, mais de ne plus diaboliser un seul homme. Or, après-guerre, c’est cette vision qui a pris le dessus dans le récit historique, souligne Johann Chapoutot, l’un des spécialistes du IIIe Reich sollicités par Fabien Vinçon pour le film. Pour l’historien, la raison est simple : « Il est difficile, dans l’imaginaire collectif, d’attribuer une telle horreur, un tel traumatisme, à plusieurs hommes. »

Il y a maintenant plus de quarante ans que le travail historique s’est détourné d’une vision simplifiée de cette période, pour entrer dans les détails du IIIe Reich et ses failles. « Ce qui en ressort, c’est une désorganisation totale. Et une radicalisation croissante », souligne Johann Chapoutot. C’est aussi ce que s’attache à montrer ce sujet, au travers des portraits chaotiques des plus proches d’Hitler. Et d’autres ouvriers tristement célèbres du régime, comme l’architecte Albert Speer, le Dr Mengele, et Rudolph Höss, le commandant d’Auschwitz. Ni fous, ni diaboliques. Redoutables parce qu’humains, le dernier étant notamment montré en train de jouer avec ses enfants dans son jardin attenant au camp…

Seul bémol à cette tentative plutôt réussie de mise à jour historique, le titre racoleur du documentaire qui pulvérise cette démystification.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article