Couvin: appelée pour une tentative d'effraction, la police locale fait fermer le bunker d'Hitler à cause... des armes historiques exposées

Publié le par La Nouvelle Gazette

Couvin: appelée pour une tentative d'effraction, la police locale fait fermer le bunker d'Hitler à cause... des armes historiques exposées

L’une des attractions phares de Couvin, le bunker d’Hitler, a été fermée par les policiers locaux depuis vendredi après-midi. Appelées sur les lieux pour une tentative d’effraction, les forces de l’ordre y ont découvert des armes d’exposition, démilitarisées voire factices, et ont préféré faire fermer l’endroit, alors que débutent les vacances scolaires et malgré une exposition en vitrine de plus de 25 ans. Du côté des autorités communales, on déplore cette fermeture et on parle même d’un « excès de zèle de la police ».

Des armes sont exposées dans l’un des pavillons du site touristique de Brûly-de-Pesche

Des armes sont exposées dans l’un des pavillons du site touristique de Brûly-de-Pesche

Stupéfaction pour les visiteurs de ce week-end, au bunker d’Hitler à Brûly-de-Pesche. L’un des pavillons de ce site historique a été fermé vendredi en fin d’après-midi par les policiers de la zone locale des Trois Vallées. L’origine de cette mise sous scellés a cependant de quoi surprendre.

Les forces de l’ordre avaient été appelées au bunker d’Hitler, vendredi après-midi, suite à une tentative d’effraction, comme cela arrive en fait relativement fréquemment. Venus constater les faits, les policiers ont fait un petit tour à l’intérieur du pavillon et ont remarqué que, comme depuis près de 25 ans maintenant, des armes à feu en tout genre sont exposées en vitrine. Des armes toutefois démilitarisées, voire factices pour certaines.

Pour vérifier les autorisations de détention de ces armes, les policiers décident de faire appel au magistrat de garde du parquet de Namur, Mme Debelle, avant de… mettre sous scellés le pavillon touristique en question.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article