La crise est finie

Publié le par Télérama

La crise est finie

Réalisé par Robert Siodmak (1934) -  Durée 74 mn - Avec Danielle Darrieux (Nicole) , Albert Préjean (Marcel) , Suzanne Dehelly (Olga) ... 

La crise est finie de Robert SiodmakLa crise est finie de Robert Siodmak

La crise est finie de Robert Siodmak

Synopsis

Au début des années 30, en pleine crise économique. La troupe de la revue «Mille jambes nues» a entrepris la tournée des villes de province avec en vedette l'insupportable Lola Garcin. Au bout de quelques représentations, la troupe finit par sombrer. Marcel, musicien, Olga, ex-vedette des planches, et Nicole, sa doublure, se retrouvent donc au chômage du jour au lendemain. Désireux de transformer ce coup du sort en nouveau départ, ils décident de changer d'air et de tenter leur chance à Paris. Là, grâce à la bienveillance d'une concierge, madame Bernouillin, ils peuvent investir un vieux théâtre à l'abandon et monter une revue, «La crise est finie»...

Critique du 03/07/2010 par Pierre Murat

Film de Robert Siodmak (Fr, 1934). 75 mn. NB. Avec Danielle Darrieux : Nicole. Albert Préjean : Marcel. Suzanne Dehelly : Olga.

En 1934, la France a le moral dans les chaussettes. D'où ce film exagérément optimiste, utilisant la méthode Coué pour assurer que tout va très bien, madame la marquise... « La crise est finie, la crise est finie, nous vivons l'âge d'or », assurent, avec un enthousiasme supposé communicatif, de jeunes comédiens, déjà intermittents mais confiants en leur avenir, au point de se lancer dans la création d'un musical révolutionnaire...

Robert Siodmak (de passage à Paris entre Berlin, qu'il fuit, et Hollywood, où il deviendra un spécialiste de films noirs) mène tambour battant cette historiette où perce une ironie suave : ainsi, pour l'amour de l'art, un ténor efféminé se voit-il contraint de virer sa cuti, alors que les filles de la revue draguent à mort d'affreux libidineux afin de se procurer... les ampoules et les clous nécessaires au spectacle ! Aux côtés d'Albert Préjean, vieux jeune premier (on était jeune et premier jusqu'à 41 ans, à l'époque, pour peu que le public vous aimât), Danielle Darrieux, qui, elle, a l'âge du rôle (17 ans), est déjà radieuse et incandescente. La France qui commence à l'aimer en fera très vite, grâce aux comédies d'Henri Decoin, sa plus grande star de l'avant-guerre.

Casting

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article