Pape François: «La cruauté n'a pas pris fin à Auschwitz ou à Birkenau»

Publié le par Le Figaro par Jean-Marie Guénois

Pape François: «La cruauté n'a pas pris fin à Auschwitz ou à Birkenau»

Vendredi soir, le Pape est revenu, sous la forme d'une libre improvisation, sur sa visite à Auschwitz qu'il avait tenu à accomplir le matin en silence.

Le pape François, à sa fenêtre vendredi soir à Cracovie, en Pologne

Le pape François, à sa fenêtre vendredi soir à Cracovie, en Pologne

Chaque soir après son dîner le pape François salue quelques minutes la foule depuis la résidence de l'archevêché de Cracovie et tire le bilan de sa journée. Vendredi 29 juillet, il est revenu sous la forme d'une libre improvisation sur sa visite à Auschwitz qu'il avait tenu à accomplir le matin en silence.

«Je suis allé à Auschwitz, à Birkenau, rappeler les douleurs d'il y a 70 ans. Combien de douleurs! Combien de cruauté! Mais, est-il possible que nous, les hommes, créés à la ressemblance de Dieu, nous soyons capables de faire ces choses? Mais ces choses ont été faites. Je ne voudrais pas vous attrister, mais je dois dire la vérité: la cruauté n'a pas pris fin à Auschwitz ou à Birkenau. Aujourd'hui on torture les gens! De nombreux prisonniers sont torturés, immédiatement, afin de les faire parler. C'est terrible. Aujourd'hui, il y a des hommes et des femmes dans des prisons surpeuplées. Ils vivent, pardonnez l'expression, comme des animaux. Aujourd'hui il y a cette cruauté. Nous disons: en visitant le camp nous avons vu la cruauté d'il y a 70 ans. Comment ils étaient fusillés, pendus, ou par le gaz… Mais, aujourd'hui, en de nombreux lieux à travers le monde où la guerre se déroule, on voit la même chose.»

Le pape a ensuite demandé «de prier pour cette réalité» car «Jésus est venu la porter sur ces épaules et il nous demande de prier». Il a alors lancé: «Prions donc pour tous les ‘Jésus' dans le monde: les affamés, les assoiffés, ceux qui doutent, les malades qui sont seuls, ceux qui sentent le poids de tant de doutes et de tant de fautes. Ils souffrent tant. Prions pour tant d'enfants malades innocents, des enfants qui portent la croix. Prions pour tant d'hommes et de femmes qui sont aujourd'hui torturés dans tellement de pays à travers le monde. Pour les prisonniers qui sont tous amassés comme s'ils étaient des animaux.»

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article