Quand la secrétaire de Goebbels raconte

Publié le par Le Point

Quand la secrétaire de Goebbels raconte

VIDÉO. Âgée de 105 ans, Brunhilde Pomsel raconte son expérience professionnelle aux côtés de l'ancien ministre de la propagande d'Adolf Hitler.

Quand la secrétaire de Goebbels raconte

Elle se nomme Brunhilde Pomsel. Elle était la secrétaire de Joseph Goebells, qui fut, de 1933 à 1945, une des figures les plus influentes et les plus puissantes du IIIe Reich. Très proche d'Adolf Hitler, il lui succéda même brièvement à la chancellerie après son suicide. À 105 ans, Brunhilde Pomsel raconte son expérience au ministère de la Propagande où elle a travaillé à partir de 1942.

Le journal britannique The Guardian rapporte qu'après avoir perdu la vue l'année dernière, la centenaire attend la mort avec impatience. « Dans le peu de temps qu'il me reste à vivre, que j'espère être des mois plutôt que des années, je m'accroche à l'espoir que le monde ne soit pas bouleversé de nouveau, comme à l'époque. ».

« Impossible de s'opposer à la mécanique mise en place par les nazis »

Dans une interview filmée présentée au Festival du film de Munich et intitulée A German Life, elle raconte sa vie professionnelle au sein du Reich et ses relations avec les responsables nazis de l'époque. Un témoignage, dit-elle, qui ne vise absolument « pas à se donner bonne conscience ». Pour elle, il était à l'époque presque impossible de s'opposer à la mécanique mise en place par les nazis. « Je crois que les gens qui aujourd'hui disent qu'ils se seraient soulevés contre les nazis sont sincères, mais croyez-moi, la plupart ne l'auraient pas fait. »

Elle raconte également son ressenti à l'époque, lorsqu'elle a travaillé sur le dossier de Sophie Scholl, membre non violente de la Rose blanche, un groupe de résistants composé d'étudiants et d'intellectuels opposés au régime nazi, qui fut décapitée avec son frère Hans le 22 février 1943 à l'âge de 21 ans : « J'étais plutôt fière de moi que Joseph Goebbels me fasse confiance, mais aussi que mon enthousiasme à honorer cette confiance était plus grande que la curiosité d'ouvrir ce dossier », raconte-t-elle. Elle explique qu'à l'époque, elle était dans une « bulle », inconsciente de la destruction perpétrée par les nazis en Allemagne et le reste de l'Europe.

« Nous essayions de faire en sorte qu'il y ait suffisamment d'alcool »

Présente dans le bunker d'Hitler lors de la bataille de Berlin, elle raconte l'ambiance qui y régnait. « Nous essayions de faire en sorte qu'il y ait suffisamment d'alcool. C'était nécessaire afin de rester indifférent. » Elle se remémore aussi le moment où elle a appris que le dictateur s'était suicidé, ainsi que Joseph Goebbels. Lorsqu'elle a eu connaissance du fait que les enfants du ministre de la Propagande avaient été empoisonnés par leurs parents au cyanure, elle dit avoir été « effarée ».

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article