Mort de Joseph Sitruk, ancien grand rabbin de France

Publié le par Le Monde par Henri Tincq

Mort de Joseph Sitruk, ancien grand rabbin de France

Joseph Sitruk était-il le plus lui-même ? Le lundi soir quand il donnait, presque chaque semaine que Dieu fait, son enseignement aux jeunes, dans la synagogue bondée de la rue de la Victoire ? Ou quand il haranguait la foule lors de ses Yom Hatorah, ces rassemblements de masse du Bourget où il invitait toute sa communauté dans une sorte de kermesse fervente et chaleureuse ? Ou tout simplement en famille, au milieu de ses enfants – neuf –, quand il allumait les bougies de Hanouka ?

Mort de Joseph Sitruk, ancien grand rabbin de France

Mort le 25 septembre à 71 ans, il emporte avec lui nombre de mystères. Joseph Sitruk était un intellectuel juif, mais détesté par les intellectuels juifs. Charismatique, moderne, mais confondu avec l’orthodoxie la plus archaïque. Lecteur insatiable – raffolant du Talmud autant que des revues automobiles –, mais aussi homme de terrain et capitaine d’équipe. Attaché aux institutions laïques mais vitupéré pour son intégrisme. Prêchant le dialogue entre les religions, mais se frottant assez peu, sinon pour une rencontre à l’Elysée ou une cérémonie commémorative, à ses pairs catholiques, protestant ou musulman.

Né le 16 octobre 1944 à Tunis, formé à Strasbourg, d’abord grand rabbin de Marseille, Joseph Sitruk fut élu grand rabbin de France pour la première fois en 1987, réélu en 1994, puis le 17 juin 2001. On l’a accusé d’avoir remanié les statuts pour se doter d’une sorte de mandat à vie, incompatible avec l’esprit du rabbinat. Mais en un peu plus de trois septennats, il aura été la figure la plus symbolique de toutes les mutations de la communauté religieuse juive, de sa vitalité fiévreuse, de son orthodoxie toujours plus rigoureuse, de son exigence de l’étude, aussi de ses conflits internes, toujours au bord de la rupture, enfin de sa proximité inconditionnelle avec Israël.

Rabbin bâtisseur

C’est à ce rabbin bâtisseur que les écoles juives doivent leur succès. Seules des contraintes financières l’empêchaient d’inaugurer toujours plus de synagogues et de centres communautaires. Pour les grandes options de la vie religieuse (cashrout, mariages, conversions), appuyé par un beth din (tribunal rabbinique) trié sur mesure, Joseph Sitruk était d’une intransigeance absolue, dissimulée sous un éternel sourire et un art de séduire, par le geste et un verbe toujours émaillé de références talmudiques, qui n’appartenait qu’à lui.

Ce leader-né était aussi un spirituel. Couche-tard, il étudiait jusqu’à une heure avancée de la nuit, mais chaque matin il était le premier à l’office dans sa synagogue de Neuilly, dans les Hauts-de-Seine. En famille, en voyage, au bureau, à la synagogue, la prière et la méditation de son livre de Psaumes – il lisait aussi bien Sartre, Balzac ou Philon d’Alexandrie – lui servaient de respiration. On l’a vu arrêter son chauffeur en pleine rue à l’heure de mynha (prière de l’après-midi). Des heures durant, à la synagogue ou dans des salles publiques, il était capable de commenter des passages de la Torah, citant ses maîtres en hébreu aussi bien que des dictons en yiddish. Sous les applaudissements, il eut un jour cette formule : « Le rabbin est un allumeur de réverbères. Il y a, chez les jeunes surtout, d’immenses besoins de spiritualité, et je porte la flamme là où elle est le plus nécessaire. »

Ses ennemis en faisaient une sorte de « télévangéliste » à l’américaine ou, pire, un « chef de secte ». L’invective le chagrinait plus qu’elle ne l’inquiétait ou lui faisait perdre sa sérénité. Joseph Sitruk rappelait sans se lasser que le danger du judaïsme était son extrême fragmentation et sa violence verbale. La question du leadership juif (le porte-parole de la communauté doit-il être un religieux ou un laïc ?) l’a opposé maintes fois, contre son gré, à des responsables consistoriaux comme Jean Kahn ou Moïse Cohen. « L’histoire juive a plus de trois mille ans et elle a toujours prouvé sa capacité, dès lors que certains allaient trop loin, à revenir à son point d’équilibre », confiait-il au Monde le 2 novembre 1996, à propos de ces polémiques à répétition.

Défenseur fervent de la République laïque

Se faisait-il réprimander pour intervenir sur tous les sujets et ne pas se cantonner à l’étude et au conseil privé, pour écrire peu et fuir les intellectuels? Il répondait qu’il avait la confiance des plus éminents rabbins des Etats-Unis, d’Israël, de France et que sa place était, d’abord, auprès de ses fidèles. A Sarcelles ou dans le 16e arrondissement. A Marseille ou dans le Sentier. Dans sa ville de Neuilly quand, en 1993, lors de la prise d’otage d’une classe de maternelle par un déséquilibré, il propose au ministre de l’intérieur, alors Charles Pasqua, et au maire, Nicolas Sarkozy, de prendre la place des enfants. Il est à la barre dans les procès Touvier et Papon. Il fonce en Israël quand les Scud irakiens tombent du ciel lors de la première guerre du Golfe, en 1991, à Moscou pour ouvrir le premier grand rabbinat, au Caire pour sauver un cimetière juif menacé par une autoroute.

C’est dans le débat sur la laïcité et la lutte contre l’antisémitisme que Joseph Sitruk donnait sa mesure. Défenseur fervent de la République laïque, il n’en déplorait pas moins que la place de la religion ne soit pas bien ajustée à l’espace public. Il plaidait pour que les examens scolaires n’aient pas lieu le samedi ou un jour de fête religieuse, pour qu’un tour d’élection nationale ne tombe pas un jour de kippour. Une polémique s’en suivit en 1993 : « Quand on arbore des signes religieux, est-ce qu’on agresse la société française ? », interrogea-t-il lcette année-là lors du débat qui suivit, entre autres, l’affaire du voile, après l’exclusion d’une jeune lycénne qui refusait de suivre les cours de gymnastique sans son foulard. Il s’inquiètait de l’effacement des références bibliques, dans le discours public et surtout l’enseignement, qui fondent pourtant des valeurs comme l’égalité, le rejet de l’intolérance et du racisme.

Chaque vague d’antisémitisme, chaque campagne du Front national le faisait monter au créneau. En 1991, quand éclata l’affaire du cimetière juif de Carpentras (Vaucluse), où une tombe et un cadavre avaient été douloureusement profanés, il fut le premier – avec Pierre Joxe, ministre de l’intérieur – à se rendre sur place. C’est la « bête immonde » qui renaît cinquante ans après, s’épouvanta-t-il, « parce que ressurgissent partout la xénophobie, le racisme, l’antisémitisme et toutes ces perversions que nous osons encore appeler l’humanisme ».

Cet homme à la foi d’acier ne perdait pas pour autant son humour, sa gentillesse et son espérance dans un Dieu et un peuple juif « qui se sauve parfois de la Torah, mais ignore que la Torah lui court derrière ».

Hollande salue la mémoire d’une « figure marquante du judaïsme français »

François Hollande a salué dimanche la mémoire de Joseph Sitruk. « Le président de la République a appris avec tristesse le décès de Joseph Sitruk au terme d’une longue maladie, écrit l’Elysée. Homme de dialogue, défenseur de la laïcité, il était une figure marquante du judaïsme français. »

« Tout au long de sa riche existence, Joseph Sitruk aura été, non seulement un homme d’étude et de foi, un intellectuel érudit, un bâtisseur des œuvres de la communauté juive, mais aussi un acteur du dialogue avec toutes les religions, un défenseur des valeurs de la République, et un combattant infatigable de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme », a salué de son côté le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve.

Alain Juppé a évoqué « un grand homme de dialogue », et Nicolas Sarkozy « une grande figure, ayant marqué durablement le judaïsme français ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article