10 Juin 1944 Massacre d'Oradour-sur-Glane: non-lieu confirmé pour un ancien SS

Publié le par France Soir

10 Juin 1944 Massacre d'Oradour-sur-Glane: non-lieu confirmé pour un ancien SS

La Cour d'Appel de Cologne en Allemagne a confirmé que Werner Christukat, ancien nazi âgé de 19 ans en juin 1944, échapperait à un procès faute de preuves disponibles sur sa participation au massacre d'Oradour-sur-Glane en juin 1944.

Les SS avaient massacré 642 personnes à Oradour-Sur-Glane le 10 juin 1944

Les SS avaient massacré 642 personnes à Oradour-Sur-Glane le 10 juin 1944

Le non-lieu prononcé dans la procédure visant un ancien SS soupçonné d’avoir participé au massacre d’Oradour-sur-Glane a été confirmé par la cour d’appel de Cologne (ouest de l'Allemagne), a-t-on appris mercredi 17 juin auprès de la juridiction.

Werner Christukat, nonagénaire et ancien nazi, avait été inculpé en janvier 2014 pour le "meurtre en réunion" de 25 personnes et pour "complicité de meurtres" concernant des centaines d'autres victimes, au cours de la pire exaction commise en France par la Waffen-SS pendant la Deuxième guerre mondiale. La Waffen-SS (littéralement "armée de l'escadron de protection") était une composante militaire du IIIe Reich, distincte de l'armée allemande conventionnelle, composée de nazis convaincus et fanatisés, qui s'est tragiquement illustrée au cours du conflit par sa cruauté et ses exactions (particulièrement sur les populations civiles).

"Les propos de l'inculpé, admettant certes sa présence lors des évènements d'Oradour-sur-Glane mais réfutant avoir tiré ou assumé des tâches de surveillance ou de transport (des victimes) ne peuvent être a priori contredits par les moyens de preuve actuellement mis à disposition", a estimé le tribunal allemand confirmant ainsi la décision rendu en première instance. Werner Christukat, 19 ans au moment des faits, appartenait à une unité de la division SS "Das Reich", responsable de mort de 642 personnes, dont plus de 450 femmes et enfants, à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) le 10 juin 1944. Il s'agit du plus grand massacre de civils commis en France par les armées allemandes

"Dans l'argumentaire de notre réquisitoire, nous estimions qu'un procès devait être ouvert, la cour d'appel a vu les choses autrement, je dois l'accepter", a déclaré Andreas Brendel, procureur général de l'Office central chargé d'enquêter sur les crimes nazis, qui mène depuis quatre ans les investigations sur Oradour.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article