11-Novembre. Jour de mémoire et d'hommage

Publié le par Le Réveil Normand par francoise.roussel

11-Novembre. Jour de mémoire et d'hommage

11 novembre 1918. Après 52 mois de guerre, une convention d'armistice est conclue pour une durée de 36 jours, avec faculté de prolongation : c'est la fin de la Grande Guerre.

L'Armistice, la fin de la Première Guerre mondiale (Fotolia, pict rider)

L'Armistice, la fin de la Première Guerre mondiale (Fotolia, pict rider)

Le 11-Novembre, un jour de mémoire, la mémoire d’un jour, celui de l’Armistice 1918 qui mit fin aux combats de la Première Guerre mondiale (14-18).

28 juin 1914. Un jeune nationaliste serbe de Bosnie parvient à assassiner l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône austro-hongrois, ainsi que son épouse. C’est l’élément déclencheur de la Première Guerre mondiale, un conflit militaire impliquant, dans un premier temps, les puissances européennes et s’étendant ensuite à plusieurs continents.

Cette guerre fut surtout le fait de deux grandes alliances, la triple-entente (aussi appelée les Alliés) composée de la France, du Royaume-Uni, de la Russie et des empires qu’elles contrôlaient en tant que grandes puissances coloniales. La seconde alliance, appelée triple-alliance, était initialement constituée de l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, et des empires qu’elles contrôlaient.

Cette guerre a impliqué plus de soldats et provoqué plus de morts, environ neuf millions, et causé plus de destruction que toute autre guerre auparavant. Environ vingt millions de personnes ont été blessés au cours de ce conflit.

La fin de la guerre sera actée dans un wagon stationné non loin du front et du quartier général allié. L’Armistice 1918 sera signé à l’intérieur du fameux wagon de commandement du maréchal Foch.

Le traité de Versailles, le 28 juin 1919 mit définitivement fin au conflit.

Industrie

Entre 1915 et 1917, tous les pays impliqués dans la guerre ont été contraints de restructurer leur industrie, il était évident que les stocks étaient tout à fait insuffisants pour soutenir l’effort de guerre.

Les dépenses de guerre pesèrent fortement sur le budget des états. En France, les campagnes de collecte d’or ont été menées auprès des civils pour financer la guerre.

Démobilisation

La démobilisation n’intervint pas tout de suite. Les soldats sont restés mobilisés parce que la France considérait que la paix avec l’Allemagne n’était pas signée. En guise de pression, elle avait conservé ses troupes mobilisées durant les négociations qui ont abouti au traité de Versailles, en juin 1919. La plupart des soldats ont été rendus à la vie civile après. La démobilisation était progressive et s’effectuait en fonction de la classe. Les derniers Poilus, également les plus jeunes soldats, ont regagné leur foyer en septembre et octobre 1919.

Dans l’intérêt de la reprise de la vie administrative normale des communes et à la veille de la révision des listes électorales, Maurice Faure avait demandé la démobilisation dès que possible des maires, adjoints et secrétaires de mairie.

Le soldat inconnu

L’idée de rendre hommage aux soldats de la Grande Guerre morts pour la France est apparue pour la première fois en 1916. La tombe a été installée sous l’Arc de Triomphe à Paris le 11 novembre 1920. Il s’agit d’un soldat français non identifié qui représente tous les soldats tués au cours de cette Première Guerre. Le 24 octobre 1922, le Parlement déclare le 11-Novembre jour de Fête nationale sur la demande insistante d’anciens combattants.

Le 28 février 2012, le Parlement a fait du 11-Novembre une journée d’hommage à tous les Morts pour la France. Sans abandonner l’héritage historique de la Première Guerre mondiale et les autres journées nationales commémoratives, cette loi confère à cette célébration du 11-Novembre une solennité encore plus grande.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article