5 août 1944 à Cannes: P.Malaguti l’ex-patron du FN Loiret, assiste la Gestapo lors d’un massacre

Publié le par Mag Centre par Christian Bidault

5 août 1944 à Cannes: P.Malaguti l’ex-patron du FN Loiret, assiste la Gestapo lors d’un massacre

Il y a 70 ans, la Provence était libérée après le débarquement qui vient d’être commémoré. Mais cette date héroïque de l’Histoire de France a aussi engendré dans la panique qui a saisi les occupants, un massacre qui restera comme l’un des plus horribles de la Région.

Paul Malaguti

Paul Malaguti

Huit résistants ont été assassinés ce jour-là dans les caves de la villa Montfleury à Cannes (Alpes-Maritime) par la Gestapo. L’un des jeunes hommes qui a assisté les nazis dans ce massacre et dans leurs basses besognes, notamment en chassant les juifs à Cannes et à Nice au sein des “Groupes et actions” du Parti populaire français, s’appelait Paul Malaguti. Longtemps après cette épisode, ce natif de Cannes, a été membre de l’OAS puis l’un des fondateurs du Front national, un proche de Jean-Marie le Pen. Paul Malaguti fut ensuite secrétaire départemental du parti d’extrême droite et conseiller régional du Centre, élu en 1986 et 1992 à la tête d’une liste FN sur les bancs de l’hémicycle orléanais.

Cet anniversaire du débarquement en Provence est ainsi l’occasion de rappeler d’où viennent les vraies racines du FN, quels que soient les chantiers de dédiabolisation entrepris par la fille de Jean-Marie le Pen

Installé près du maquis de Lorris

Devant l’avancée des troupes alliés ce 15 août 1944, les gestapistes qui avaient torturé résistants et juifs dans cette villa Montfleury, firent un dernier gueuleton. Après quoi, ils abattirent froidement leurs sept prisonniers, le huitième réussi à s’enfuir. Il essuya plusieurs balles. Paul Malaguti, 17 ans, qui avait la confiance des hommes de la Gestapo pour avoir participé à des rafles dans la région et qui montait la garde devant la villa, est soupçonné d’avoir tiré.

Paul Malaguti qui s’enfuit alors par l’Italie avec ses amis se fera oublier, pour ce “détail de l’histoire” et pour sa condamnation à mort par contumace, dans la Légion étrangère, avant de revenir en France et de s’installer discrètement à des centaines de kilomètres de Cannes, dans le Loiret, au Gué-l’évêque à Montereau près de Lorris. Hasard sordide de l’histoire, c’est dans la forêt, non loin de là, que furent fusillés 44 résistants, le 14 août 1944. En 1986, Paul Malaguti entre au conseil régional du Centre, puis malgré les révélations sur son passé “sorties” par La République du Centre et Le Monde, il sera réélu en 1992 avant de mourir à 69 ans, en 1996.

Chaque année, une cérémonie rend hommage devant une stèle aux martyrs de la villa Montfleury, sur un boulevard des hauteurs de Cannes.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article