Ces médaillés olympiques français morts durant la Grande Guerre

Publié le par Mémoires de Guerre

Ces médaillés olympiques français morts durant la Grande Guerre

Aux Jeux olympiques de Rio, les athlètes français vont vivre le rêve de tout une vie. Mais il y a 100 ans, de nombreux champions tricolores ont été rattrapés par la Première Guerre mondiale. Une dizaine d'entre eux sont morts durant le conflit.

De gauche à droite : le cycliste Octave Lapize, l'escrimeur Gaston Alibert et l'athlète Jean Bouin

De gauche à droite : le cycliste Octave Lapize, l'escrimeur Gaston Alibert et l'athlète Jean Bouin

Les Jeux olympiques d'été organisés à Rio, jusqu'au 21 août, sont les XXXIe de l'ère moderne. Lors des premières olympiades, des pionniers ont ouvert la voie aux sportifs d'aujourd'hui. À Athènes en 1896, à Paris en 1900, à Saint-Louis en 1904, à Londres en 1908 et à Stockholm en 1912, la France a récolté ses toutes premières médailles dans de nombreuses disciplines comme la natation, l'athlétisme, l'escrime ou le cyclisme.

Malheureusement, de nombreux champions ont été rattrapés par la Première Guerre mondiale. Des centaines d'athlètes sont morts sur le champ de bataille au cours de la Grande Guerre, dont neuf médaillés olympiques français. Certains sont entrés dans l'histoire comme Jean Bouin, qui a donné son nom à des rues ou des stades, mais la plupart ont disparu de nos mémoires.

Ces médaillés olympiques français morts durant la Grande Guerre
Ces médaillés olympiques français morts durant la Grande Guerre
Ces médaillés olympiques français morts durant la Grande Guerre
Ces médaillés olympiques français morts durant la Grande Guerre
Ces médaillés olympiques français morts durant la Grande Guerre
Ces médaillés olympiques français morts durant la Grande Guerre
Ces médaillés olympiques français morts durant la Grande Guerre
Ces médaillés olympiques français morts durant la Grande Guerre
Ces médaillés olympiques français morts durant la Grande Guerre

Légendes des Photographies

  • Photo 1 -  Louis Bach a remporté la médaille d'argent avec l'équipe de France de football aux JO de Paris en 1900. Sur cette photo d'époque, il est le 2e homme debout en haut à partir de la gauche. Ce Parisien a été tué au début de la guerre, le 16 septembre 1914 dans la Marne. 
  • Photo 2 - Directeur de l’École normale de tir de Châlons, Henri Bonnefoy a décroché le bronze en petite carabine par équipe aux Jeux de Londres en 1908. Lieutenant au 133e régiment d’infanterie, il a été tué le 9 août 1914 en Alsace. Il n'existe pas de photo connue de lui.
  • Photo 3 - Gaston Alibert a décroché deux médailles d'or aux Jeux de Londres en 1908 à l'épée en individuel et par équipe. Mobilisé en 1914, il est réformé en décembre après une infection des reins. Il décède en décembre 1917, mais il n'a pas le statut de Mort pour la France. 
  • Photo 4 - Jean Bouin est le plus connu des champions français morts pour la France. Cet athlète marseillais a été médaillé d'argent sur le 5000 m aux Jeux de Stockholm. Deux ans plus tard, il a perdu la vie à seulement 25 ans dans la Meuse, atteint par un éclat d'obus. 
  • Photo 5 - Charles Devendeville est le premier médaillé olympique français en natation. À Paris en 1900, Il a remporté l'or dans l'épreuve aujourd'hui disparue de nage sous l'eau. Soldat au 1er régiment d’infanterie, il a succombé à ses blessures de guerre en septembre 1914.
  • Photo 6 - Le cycliste sur piste Léon Flameng a récolté une moisson de médailles lors des Jeux d'Athènes en 1896 avec l'or sur le 100 km, l'argent sur le 10 km et le bronze en vitesse individuelle. Pilote durant la Grande Guerre, il a perdu la vie lors de la chute de son avion.
  • Photo 7 - Vainqueur du Tour de France en 1910, le célèbre champion cycliste Octave Lapize a aussi remporté une médaille de bronze aux Jeux de Londres en 1908 dans l'épreuve du 100 km sur piste. Passé dans l'aviation durant la guerre, il a été tué lors d'un combat aérien en 1917.
  • Photo 8 - Militaire instructeur à Saint-Cyr, Louis Le Beschu de Champsavin a décroché le bronze aux Jeux de Paris en 1900 en saut d'obstacles individuel. Chef d'escadron du 20e bataillon de chasseurs à cheval, il est mort en 1916 des suites d'une maladie contractée en service. 
  • Photo 9 -Licencié à l'US Est puis au Racing club de Paris, l'athlète Henri Tauzin a terminé deuxième du 400 mètres haies lors des Jeux de Paris en 1900. Officier d'administration dans le Génie durant la guerre, il a contracté une maladie et est décédé en octobre 1918 à Lyon. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article