Procès Heaulme : retour sur la première journée d’audience

Publié le par Alicia Méchin

Procès Heaulme : retour sur la première journée d’audience

Le procès, très attendu, de Francis Heaulme, s’est ouvert ce mardi matin, à la cour d’assises de Moselle. La complexité de l’affaire a, une nouvelle fois, été clairement énoncée. Retour sur cette première journée d’audience.

Procès Heaulme : retour sur la première journée d’audience

Le procès a débuté à 10h16 précisément. Francis Heaulme est apparu dans le box des accusés, l’air vieilli, et a décliné sans hésitation son identité, ainsi que celles de ses avocats, ce qu’il n’avait pas pu faire, de manière lucide, en 2014. Les jurés ont ensuite été tirés au sort, et l’avocate de Francis Heaulme, Me Liliane Glock, a pris la parole.

Elle a d’abord rappelé toute la complicité de cette affaire. « Ce procès n’est en aucun cas équitable », a-t-elle déclaré, pour plusieurs raisons, selon elle. Tout d’abord, la durée de l’affaire (plus de 30 ans) : Francis Heaulme est mis en cause depuis 1997. De plus, il n’y a plus aucune preuve. En effet, après la condamnation de Patrick Dils en 1986, le parquet a décidé de détruire les scellés, notamment des cailloux présentant des traces de sang, en 1995, alors qu’il savait que le verdict sur Patrick Dils est contesté sérieusement. 

Enfin, l’avocate de Francis Heaulme a rappelé que la défense n’avait pas beaucoup de moyens pour défendre sa position. Pour toutes ces raisons, Me Glock a demandé l’acquittement immédiat de son client ; une demande que la cour d’assises a rejeté.

Les avocats des parties civiles se sont également exprimés devant la cour ce mardi matin. Me Thierry Moser, avocat des parents d’Alexandre Beckrich, a rappelé qu’au cours des vingt dernières années, de nombreux éléments ont abouti à l’acquittement de Patrick Dils et aux soupçons sur Francis Heaulme. C’est pour cela que, selon l’avocat, ce procès est légitime.

Me Dominique Rondu, avocat de la grand-mère d’Alexandre Beckrich, réclament, de son côté, des aveux de la part de Francis Heaulme. Pour rappel, ce dernier a toujours nié être à l’origine de ce double meurtre.

Le routard du crime

Ce mardi après-midi, un rappel des faits a été énoncé devant les jurés. A l’écoute du récit du double meurtre, et de l’enquête qui a suivi, Francis Heaulme est resté impassible dans le box des accusés. Le casier judiciaire du tueur en série, comportant notamment neuf homicides, est également passé en revue. Silencieux depuis le début du procès, le routard du crime a finalement pris la parole en milieu d’après-midi, assurant une fois encore qu’il n’est pas le tueur de Montigny-les-Metz.

Reste à savoir si la vérité ressortira de ces débats. Ce mercredi, Patrick Dils sera entendu en visioconférence, en tant que témoin. Le procès doit se tenir jusqu’au 18 mai.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article