Jerry Lewis: ses séquences de légende avec Dean Martin, Louis de Funès...

Publié le par Bertrand Guyard

Jerry Lewis: ses séquences de légende avec Dean Martin, Louis de Funès...

VIDÉOS - Le pitre surdoué de la comédie américaine vient de disparaître à l'âge de 91 ans. Le Figaro présente un florilège de ses sketches, au cinéma ou ailleurs, les plus drôles.

Jerry Lewis et Stella Stevens dans "Docteur Jerry et Mister Love" (Tje Nutty Professor) en 1963

Jerry Lewis et Stella Stevens dans "Docteur Jerry et Mister Love" (Tje Nutty Professor) en 1963

Le rire, rien que le rire. L'acteur Jerry Lewis, pitre surdoué de la comédie américaine, nous a quittés dimanche à l'âge de 91 ans. Les cinéphiles se souviendront qu'il commença sa carrière en formant un inénarrable duo avec Dean Martin. Durant dix ans, ce dernier en clown blanc et Jerry irrésistiblement burlesque firent les délices des spectateurs du club 500 d'Atlantic City.

Au début des années 1960, fâché avec le crooner italo-américain, Jerry Lewis devint le réalisateur de ses propres facéties. Le gagman concevait ses films comme ses sketches. Dans ce genre qui n'appartenait qu'à lui, en 1963, il n'hésita pas à adapter le chef-d'œuvre de Robert Louis Stevenson Docteur Jekyll et Mister Hyde, revu et corrigé en Docteur Jerry et Mister Love (The Nutty Professor).

Ce n'est pas un hasard, si en 1980 il remit un césar d'honneur à Louis de Funès. La rencontre des deux monstres sacrés de l'art du rire fit des étincelles. Reconnaissant dans le comédien son alter ego, il essaya de l'embrasser sur la bouche... pour le meilleur et pour le rire.

De Side by Side avec Dean Martin à sa rencontre avec Louis de Funès en passant par la fameuse scène de la machine à écrire, Le Figaro présente en vidéo les scènes d'anthologies de la carrière de Jerry Lewis.

  • L'inénarrable duo Jerry Lewis et Dean Martin interprètent, en 1955, Side by Side

  • Jerry Lewis: la célébrissime scène la machine à écrire

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article