Décès du cardinal Bernard Law: les victimes d'abus demandent au pape un enterrement "discret"

Publié le par M.P avec AFP

Décès du cardinal Bernard Law: les victimes d'abus demandent au pape un enterrement "discret"

L'ex-archevêque de Boston Bernard Law, devenu le symbole du silence de l'Église face aux prêtres pédophiles, est décédé mercredi à 86 ans. Mais la participation du pape François jeudi à la cérémonie de funérailles dans la basilique Saint-Pierre suscite des réactions amères de victimes. 

Photographie du cardinal Bernard Law au Vatican, le 11 avril 2005 - Thomas Coex / AFP

Photographie du cardinal Bernard Law au Vatican, le 11 avril 2005 - Thomas Coex / AFP

Le cardinal Bernard Law, ancien archevêque de Boston, accusé d'avoir protégé pendant des années au moins deux prêtres pédophiles, est mort à Rome, mercredi 20 décembre. Ce mercredi, le pape François a envoyé un court télégramme de condoléances et annoncé qu'il participera jeudi à la cérémonie de funérailles. Celle-ci aura lieu dans la basilique Saint-Pierre, comme le veut la tradition pour les cardinaux résidant à Rome.

Mais pour les victimes d'abus sexuels commis par des prêtes, ces nouvelles ravivent les douleurs. L'une des principales association, "The Survivors Network of Those Abused by Priests", a réagi avec amertume, soulignant la double "trahison" du Vatican qui l'avait accueilli à Rome.

Avoir les victimes à l'esprit lors de funérailles

"Il n'y a pas de mots qui traduisent la douleur que les survivants et leurs proches ont enduré", a déclaré Joelle Casteix, responsable régionale de l'association. "Nous ne pouvons qu'espérer que le Vatican aura ces survivants à l'esprit lorsque viendra l'heure de ses funérailles".

    "J'espère que les portes de l'enfer vont s'ouvrir grand pour l'accueillir", a aussi indiqué Alexa MacPherson, une victime citée par le Boston Globe. "Il voulait simplement tout cacher et protéger l'image de l'Église".

Également cité par le journal local américain, Barbara Dorris, directrice exécutive du Réseau de survivants des victimes de prêtres basé à Saint-Louis, espère que sa mort apporterait "un peu de paix" aux victimes d'abus commis des membres du clergé. "Il a sciemment déplacé les prédateurs d'enfants de la paroisse à la paroisse, exposant d'innombrables enfants au danger", a-t-elle rappelé.

Une cérémonie "rapide et discrète"

Ann Hagan Webb, une autre victime qui vit à Boston, a elle exprimé ses condoléances à la famille de Law dans le Boston Globe, tout en insistant sur les "plaies" encore ouvertes à Boston. En conséquence, elle implore le Pape François de ne pas enterrer Bernard Law en grande "pompe" et espère que la cérémonie sera "rapide" et "discrète". Pour elle, il serait insensé de le voir "honoré".

Pour Mitchell Garebedian, un avocat qui a représenté près de 500 victimes d'abus sexuels du clergé dans le Grand Boston, l'évocation seule du nom de Bernard Law "rappelle à (ses) client la douleur". 

Travailler à la guérison 

Le successeur du cardinal Law à la tête du diocèse de Boston, Sean Patrick O'Malley, a reconnu que sa mort remuait "un large éventail d'émotions" et offert aux victimes "mes excuses sincères pour le mal causé, mes prières ininterrompues et ma promesse que l'archevêché les soutiendra dans leurs efforts pour parvenir à la guérison", dans un communiqué.

    "Depuis mon arrivée à l'archevêché de Boston, mon objectif premier a été de travailler pour la guérison et la réconciliation des rescapés, de leur famille et de la communauté plus large de catholiques pour qui ces abus ont été une expérience dévastatrice et une immense épreuve pour leur foi", a-t-il ajouté.

Le cardinal O'Malley avait rencontré des victimes de prêtres pédophiles dès sa nomination, le 1er juillet 2003, et vendu la résidence de l'archevêque pour financer leur indemnisation.

1000 victimes

Il dirige aussi depuis 2014 la "Commission pontificale pour la protection des mineurs", censée faire des propositions sur la prévention, même si cette instance consultative du pape a été vivement critiquée. 

Le diocèse de Boston, l'un des plus importants des Etats-Unis, compte plus de deux millions de catholiques. Les abus sexuels ont fait en 60 ans plus de 1000 victimes parmi des enfants de la part de 237 prêtres, selon un rapport du ministère de la Justice de l'Etat du Massachusetts.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article