En Allemagne, l'exposition Hitler cartonne

Publié le par De notre correspondante à Berlin, Pascale Hugues

En Allemagne, l'exposition Hitler cartonne
L'exposition Hitler et les Allemands (Berlin) a rassemblé 20.000 personnes en cinq jours Sipa

L'exposition Hitler et les Allemands (Berlin) a rassemblé 20.000 personnes en cinq jours Sipa

Chaque matin, une file d'attente interminable se forme. Entre le vestiaire et la boutique du très beau musée de l'Histoire allemande à Berlin, les visiteurs se pressent à l'exposition Hitler et les Allemands : en cinq jours, 20.000 personnes ont défilé. Devant un tel succès, les organisateurs songent à introduire un système de réservation de billets attribués par tranche horaire pour tenter de contenir le flux !

La foule est au rendez-vous d'un événement d'exception. C'est la première fois en Allemagne qu'une exposition est consacrée à la symbiose entre Hitler et les Allemands. Les conseillers internationaux du musée avaient repoussé le projet il y a six ans à peine. Le grand écueil d'une telle entreprise : donner l'impression que l'on fait l'apologie de l'homme Adolf Hitler en exposant dans des vitrines des fétiches à sa gloire. Une exposition qui, redoutaient certains, pourrait être totalement contre-productive et attirer des néonazis nostalgiques du régime honni.

Séduction

"Comment Hitler a-t-il été possible ? La question à laquelle nous essayons de répondre dans cette exposition, explique Rudolf Trabold, porte-parole du musée, c'est de savoir comment cet homme quelconque qui, à Vienne, vivait en marge de la société et que rien ne prédestinait à une carrière politique, a pu devenir pour les Allemands cette figure mythique, quasi religieuse. Notre réponse : Hitler fut une surface de projection pour tous les rêves des Allemands. Nous essayons de montrer l'interaction entre Hitler et les Allemands. Comment fonctionnait cette étrange symbiose."

Grands vaincus de la Première Guerre mondiale, humilités par le Traité de Versailles, ayant perdu leurs économies durant la grande inflation de 1929, les Allemands sont totalement désorientés. Quand Hitler arrive au pouvoir, ils découvrent enfin un homme fort qui a réponse à tout, un Führer qui va leur montrer le chemin et les sauver du déshonneur, de la misère économique et du chômage. Ils se laissent séduire par cet homme qui leur promet monts et merveilles.

Lettres d'amour

En parcourant l'exposition, on découvre comment ce mythe fut minutieusement construit. Propagande et embrigadement idéologique au travail, au foyer, dans les associations sportives et paramilitaires. Entre 1937 et 1944, plus d'un millier d'affichettes portant des slogans du style Le Führer a toujours raison furent placardées dans les lieux publics. Impossible d'oublier le Führer un seul instant, car la vie quotidienne était peuplée d'objets chantant sa gloire : jeu de l'oie guerrier intitulé Alerte aérienne, tasses à café, bocks (de bière) et boutons de manchette portant la croix gammée, bustes en fonte, marque de cigarettes Le tambour commercialisée par les SA, lettres d'amour des femmes allemandes à leur Führer, dessins d'enfants... Hitler est omniprésent. La Volksgemeinschaft, la communauté du peuple allemand, est solidaire et requinquée, embrigadée et surveillée. Mais elle puise sa force dans l'exclusion de tous ceux qui ne répondent pas aux critères raciaux ou idéologiques dictés par le régime.

La vraie question quand on quitte l'exposition et que l'on contemple la file d'attente qui s'est encore allongée : pourquoi les Allemands - plus de soixante ans après la fin de la guerre - témoignent-ils toujours autant d'intérêt pour Hitler, cet homme "quelconque" qui a si radicalement changé leur vie et l'image de leur pays ? Peut-être cherchent-ils toujours désespérément à comprendre comment cet homme a pu exercer une telle fascination sur leurs parents et leurs grands-parents.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article