Le souvenir de la rafle de 1943 perpétué par les enfants

Publié le par La Montagne

Le souvenir de la rafle de 1943 perpétué par les enfants

Aujourd’hui encore, le souvenir de la rafle des 12 et 13 décembre 1943 reste vif. Il se perpétue, d’année en année, de génération en génération, par un hommage aux victimes (*).

Les enfants avec René Champion, Roger Montagner et Odette Céalis

Les enfants avec René Champion, Roger Montagner et Odette Céalis

Les enfants et la population ont commémoré ces terribles événements au cours d'une cérémonie simple et fraternelle, en présence des membres de la Fédération des Déportés, Internés, Résistants et Patriotes, entourés par les écoliers. 

Cécile Gilbertas et Rémy Gazel ont rappelé brièvement les faits. Jeudi 9 décembre 1943 à 22 heures, aux Martres-de-Veyre, les maquisards font dérailler un train transportant des troupes allemandes. Ce soir-là, Pierre le Canadien 23 ans, est tué (voir notre édition d'hier). Dimanche 12 décembre, les Allemands pénètrent dans Saint-Maurice, se dirigent au château, un des PC du 1 er corps franc d'Auvergne, ils encerclent le village, sèment la terreur, tirent. Les fidèles sortent de la messe dominicale, et c'est la panique ! Les maisons sont fouillées, des bâtiments incendiés, et une trentaine d'innocents retenus dans une grange, sans savoir ce qu'ils vivraient le lendemain. C'est alors qu'est découverte, caché dans un alambic sous le château, une sacoche contenant des renseignements sur les MUR du Puy-de-Dôme, ainsi que la liste des collaborateurs à éliminer.

En conséquence, les troupes nazies allaient, le 16 décembre dans Billom et sa région, terrifier la population et chercher à détruire l'organisation clandestine des maquisards.

Un mort à Lissac, vingt- six personnes resteront prisonnières toute la nuit, dans une grange, puis treize seront emmenées à la prison militaire du 92 er RI de Clermont, où deux seront fusillées, et d'où onze seront envoyées en camp de concentration (cinq n'en reviendront pas). 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article