Rencontre avec « le dernier des Mohicans »

Publié le par Michelyne Cailleau

Rencontre avec « le dernier des Mohicans »
L’ancien résistant André Maron entouré des collégiens de Jean-Rostand. Photo M. c.

L’ancien résistant André Maron entouré des collégiens de Jean-Rostand. Photo M. c.

André Maron, résistant de la première heure durant la Seconde Guerre mondiale, se rend régulièrement dans les établissements scolaires pour témoigner de son histoire. À l’invitation du professeur d’histoire-géographie, il est venu, pour la première fois, au collège Jean-Rostand, la semaine dernière, raconter avec passion, et non sans humour, cette époque qui a littéralement changé sa vie d’élève.

Cet ancien combattant, auteurs à ses heures et qui se définit comme « le dernier des Mohicans », s’est adressé aux élèves de 3e. De nombreuses questions, préparées en amont par ces collégiens curieux de tout, ont permis des échanges animés sur les parachutages, la protection des personnes juives…

Une jeunesse bouleversée

À 13 ans, nom de code « Châtaigne », André Maron s’investit au sein d’un réseau local, comme agent de liaison dans le maquis. Une évidence pour ce garçon issu d’une famille de résistants. Il explique sa blessure à la jambe « lors d’une escarmouche avec les Allemands à Cap du Boscq », la perte de plusieurs camarades à Ambrus… Lui s’en est sorti.

« À la fin du conflit, j’ai voulu reprendre mes études. » Mais à 17 ans, la rencontre avec Micheline, son épouse, et l’arrivée rapide d’un premier bébé, change un peu la donne. Cependant, il s’inscrit à l’école militaire de l’air à Rochefort, pour y suivre une formation de mécanicien. Militaire de carrière dans la gendarmerie, André Maron devient pilote de chasse. Il couvre la guerre d’Algérie durant sept ans, à nouveau blessé. La quarantaine venue, il prend sa retraite de l’armée, se reconvertissant dans le secteur agricole.

En dédicace samedi

« À un moment de ma vie, j’ai eu envie d’écrire, de laisser un témoignage » reprenant une période de vie peu commune dans cette guerre destructrice.

Avec un troisième ouvrage, « Les Sentiers de la mémoire », aux éditions Copymedia, André Maron sera en dédicaces, samedi prochain à 14 heures, à la librairie de Leclerc.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article