Des oeuvres d'Hitler vendues 400.000 euros : un peintre médiocre qui plait aux fétichistes

Publié le par Jean-Pierre Osenat Commissaire-priseur

Des oeuvres d'Hitler vendues 400.000 euros : un peintre médiocre qui plait aux fétichistes

LE PLUS. Ce week-end, lors d’une vente aux enchères à Nuremberg, 14 aquarelles et dessins signés Adolf Hitler ont été vendus pour un montant total de 391.000 euros. Le Führer était-il un bon peintre ? Ethiquement, peut-on vraiment vendre ses toiles ? Jean-Pierre Osenat, commissaire-priseur et président du syndicat national des maisons de vente (SYMEV), trouve cette démarche malvenue.

Le tableau de château de Neuschwanstein signé Adolf Hitler a été vendu 100.000 euros

Le tableau de château de Neuschwanstein signé Adolf Hitler a été vendu 100.000 euros

Les toiles réalisées par Adolf Hitler sont-elles vendables ? Voici la première réflexion que l’on peut faire en constatant la vente aux enchères qui s’est tenue ce week-end à Nuremberg.

Selon moi, une vente ne devrait en aucun cas heurter un groupe de personnes ou une communauté. C’est pourquoi je suis très réservé quant à ce genre de transaction.

Hitler, un petit peintre du dimanche médiocre

Pour estimer la valeur d’une œuvre, deux éléments sont à prendre en considération : la qualité artistique de la toile et son auteur.

Pour juger un tableau, un commissaire-priseur doit s’appuyer sur la vie de l’artiste et sur sa démarche picturale. Comment doit-on juger cette sculpture monumentale d’Anish Kapoor, "Le Vagin de la reine", exposée dans les jardins de Versailles ? Pour un inconnu, cela peut paraître affreusement laid, mais l’œuvre s’inscrit dans le parcours de l’artiste. Tout comme "Le carré blanc sur fond blanc" de Kasimir Malevitch pouvait paraître simpliste à un œil non averti.

Adolf Hitler, lui, était un peintre médiocre qui n’a peint que des paysages et quelques nus. Des toiles qui n’ont rien d’exceptionnel et qui sont du niveau de ce que l’on pourrait attendre d’un petit peintre du dimanche.

Il n’y avait rien de bien novateur dans son travail, cela restait très simple et ce n’est certainement pas lui qui serait allé puiser une inspiration avant-gardiste au sein de l’école du Bauhaus (fermée par les nazis en 1932, ndlr).

Un achat qui tient du fétichisme

Non, on ne peut décemment pas acheter des toiles de Hitler parce qu’on les trouve "belles". Les gens qui payent une telle somme le font par pur intérêt financier,à moins qu'il ne s'agisse d'un achat politique comme en témoigne la montée de l'extrême-droite actuellement en Allemagne.

Certains acheteurs peuvent penser se rapprocher ainsi d'une personne adulée ou haïe.

Cet intérêt morbide pour une personne de notoriété qui a marqué – de manière positive ou négative – son temps, relève du fétichisme. En revanche, je comprends la vente d'objets historiques. Même si certains estiment que Napoléon était un personnage sanguinaire ou un dictateur, beaucoup décèlent en lui les nombreux points positifs de son règne. 

Une mèche de cheveux de Napoléon a été vendue près de 50.000 euros et pourtant elle n'a rien d'artistique.

Je refuserai de vendre une œuvre signée Hitler

Le problème c’est qu’on n’achète pas du Hitler comme on achète du Napoléon. Adolf Hitler a sacrifié des millions d’hommes et de femmes, décimé des familles entières et notre génération ne peut pas l’oublier. Des personnes ont vécu des choses horribles, comment leurs descendants pourraient-ils cautionner ce genre de ventes aux enchères et ne pas en être blessés ?

J’ai bien conscience que ce type d’objets est voué à prendre de plus en plus de valeur. L’acheteur est certainement persuadé d’avoir fait une bonne affaire, mais je doute que revendre les objets d’un monstre soit très gratifiant.

En tant que commissaire-priseur, je refuserai de vendre un objet ayant appartenu à Hitler car il est hors de question de provoquer un malaise ou de heurter quiconque.

Peut-être que dans 200 ans cela sera moins malvenu, mais pour le moment, c’est inenvisageable.

Ce qui est vendable et ce qui ne l’est pas

Il y a des objets non vendables et d’autres qui ont créé la polémique sans justification.

Vendre un exemplaire de "Mein Kampf" ne me choque pas puisque l’objet est trouvable un peu partout. En revanche, vendre des costumes nazis, comme ceux du musée de Royan, me semble totalement inapproprié. 

Je pense qu’un commissaire-priseur se doit de garder son bon sens avant tout. Il ne doit pas y avoir de réglementation excessive. À chacun de juger et faire appel à son libre-arbitre pour déterminer si ce qu’il tient entre ses mains est vendable ou non.

Je suis certain que la majorité des commissaires-priseurs a suffisamment d’intelligence pour ne pas être guidée par un simple appât du gain.

Édité par Louise Auvitu  Auteur parrainé par Hélène Decommer

Des oeuvres d'Hitler vendues 400.000 euros : un peintre médiocre qui plait aux fétichistes
Des oeuvres d'Hitler vendues 400.000 euros : un peintre médiocre qui plait aux fétichistes
Des oeuvres d'Hitler vendues 400.000 euros : un peintre médiocre qui plait aux fétichistes
Des oeuvres d'Hitler vendues 400.000 euros : un peintre médiocre qui plait aux fétichistes
Des oeuvres d'Hitler vendues 400.000 euros : un peintre médiocre qui plait aux fétichistes
Des oeuvres d'Hitler vendues 400.000 euros : un peintre médiocre qui plait aux fétichistes
Des oeuvres d'Hitler vendues 400.000 euros : un peintre médiocre qui plait aux fétichistes
Des oeuvres d'Hitler vendues 400.000 euros : un peintre médiocre qui plait aux fétichistes
Des oeuvres d'Hitler vendues 400.000 euros : un peintre médiocre qui plait aux fétichistes

Légendes Photos

  • "Une œuvre d'art a-t-elle toujours un sens ?" Cette question a été posée aux bacheliers de série S lors de l'épreuve de philosophie, mercredi 17 juin. Peut-être les dessins et les aquarelles d'Adolf Hitler pouvaient-ils donner matière à dissertation, alors que 14 œuvres du "Fuhrer" doivent se vendre aux enchères en Allemagne, de jeudi à samedi. Ici, le château de Neuschwanstein. 
  • "Damenakt." Les enchères sont organisées par la maison d'enchères Weidler, à Nuremberg. Cette maison a déjà fait parler d'elle, à la fin de l'année dernière, en vendant plusieurs aquarelles signée Hitler, dont l'une a atteint la somme de 130.000 euros.
  • Une nature morte s'est également vendue en Californie en mars 2015 pour environ 27.000 euros. Ici : "Prague dans le brouillard."
  • "La Hofburg de Vienne avec le vieux passage en 1890." Cette fois-ci, les tableaux sont proposés à des prix situés entre 10.000 et 45.000 euros.
  • "Nelkenstrauss" (Bouquet d'œillets). Les œuvres ont été réalisées entre 1904 et 1922 par le futur dirigeant nazi.
  • "L'église Saint-Charles-Borromée de Vienne." Avant de devenir le monstre que l'on connaît, Adolf Hitler fut un candidat malheureux à l'Académie des arts de Vienne. S'il avait été accepté, le cours de l'histoire aurait-il été différent ? La question a donné naissance à un romain uchronique d'Éric-Emmanuel Schmitt, "La Part de l'autre".
  • En tout cas, les motifs de refus invoqués par l'Académie des arts avaient été cinglants, comme le rappelle "Le Figaro" : "trait malhabile", "composition confuse", "ignorance des techniques", "imagination conventionnelle".
  • "Maedchenportraet" (Portrait d'une petite fille) avec un catalogue des œuvres d'Hitler.
  • La signature d'Adolf Hitler sur "Damenakt"

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article