Une exposition des originaux des lettres anonymes pour les 100 ans du Corbeau de Tulle

Publié le par Philippe Graziani France Bleu Limousin

Une exposition des originaux des lettres anonymes pour les 100 ans du Corbeau de Tulle

L'affaire du corbeau de Tulle a 100 ans cette année. Un anniversaire célébré à la médiathèque de Tulle avec une exposition qui permet pour la première fois de voir les originaux de quelques-unes des lettres anonymes envoyées aux notables de la ville.

Le dossier d'instruction contenant 15 lettres anonymes est conservé aux archives départementales de Haute-Vienne Maxppp - PQR/La Montagne/Agence Tulle

Le dossier d'instruction contenant 15 lettres anonymes est conservé aux archives départementales de Haute-Vienne Maxppp - PQR/La Montagne/Agence Tulle

110 lettres anonymes ont été envoyées entre 1917 et 1922 par Angèle Laval, une employée de la préfecture, sous le pseudonyme de l'Oeil de Tigre. Par dépit amoureux elle avait décidé en quelque sorte de se venger en médisant sur les habitants de la ville et sur les notables . Une affaire qui avait grand bruit à l'époque. Elle avait aussi inspiré le film "Le Corbeau" d'Henri-Georges Clouzot. Et une affaire qui reste unique en son genre. "C'est toujours la plus grande affaire de lettres anonymes des annales judiciaires françaises' explique Francette Vigneron, auteure en 2004 de 'l'Oeil de Tigre, la vérité sur l'affaire du corbeau de Tulle"

Des lettres originales

L'exposition de la médiathèque de Tulle permet de retracer toute l'affaire et tout l'émoi qu'elle a suscité. Elle permet aussi de voir l'impact qu'elle a eu en France à l'époque. Des lettres arrivaient par exemple de tout le pays qui proposaient, de façon plus ou moins saugrenue, des moyens de confondre le corbeau. Mais l'expo permet surtout de voir pour la première fois des lettres originales. "Tout le dossier d'instruction est conservé aux Archives Départementales de Haute-Vienne où avait eu lieu le procès en appel," précise Francette Vigneron. Et l'instruction n'avait à l'époque retenu que 15 des 110 lettres d'Angèle Laval. On peut enfin découvrir quelques-unes des dictées imaginées par le graphologue lyonnais, Edmond Locard, inventeur de la police scientifique, qui ont permis de confondre l'Oeil de Tigre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article